E-santé et les Français : un décalage entre attente et usage

La 4ème édition de l’étude Santé de Deloitte, réalisée avec l’Ifop, qui questionne les Français sur leur consommation de soins et de services santé vient de paraître. Découverte des principaux résultats.

Au cours de ce Baromètre Santé 2015, un panel de plus de 2 000 Français a été interrogé sur leur perception du système de santé en général, mais aussi sur l’évolution de leur budget santé, sur l’efficacité de la prévention, les attentes des complémentaires santé, et enfin sur le développement de la e-santé.

deloitte-ifopPrincipaux chiffres :

  • Satisfaction des Français de la qualité de leur système de santé (86%)
  • Néanmoins, 86% des Français anticipent une hausse des dépenses de santé restant à leur charge au cours des prochaines années
  • 54% des Français ont le sentiment que le nombre de médecins généralistes diminue dans leur région
  • 75% des Français sont satisfaits des remboursements de leur mutuelle sur les principaux postes de dépenses (consultation, hospitalisation…)
  • 70% des Français sont au courant de la généralisation de de la complémentaire santé
  • 48% pourraient avoir recours à une couverture supplémentaire auprès de leur mutuelle
  • Trois Français sur quatre attendent des services d’accompagnement au parcours de vie de la part de leur mutuelle
  • 62% des personnes ayant mis en place une action de prévention constatent une amélioration de leur santé
  • 40% des Français estiment manquer de moyens financiers pour agir sur leur propre santé
  • 1 Français sur 2 estime que le système de santé est en retard en matière de e-santé
  • 20% des moins de 24 ans seraient prêts à payer pour bénéficier d’une application mobile en matière de prévention mais 1 jeune sur 2 cite comme obstacle à l’usage de la e-santé la crainte quant à la confidentialité de leurs données personnelles
  • 42% affirment ne pas connaître précisément la nouvelle loi de santé

Une forte attente des Français autour de la e-santé

Un Français sur deux se montre partagé quant à la place qu’occupe le système de santé français en matière de e-santé et pointe du doigt son retard. Le premier bénéfice de la e-santé perçu par les Français réside dans l’amélioration de la coordination des professionnels de santé (81%). Plus de 3 Français sur 4 (77%) estiment également que la e-santé sera efficace pour mieux suivre des indicateurs biologiques de santé comme le pouls, la tension, le poids, mais aussi pour lutter contre les déserts médicaux par 2 Français sur 3.

Deloitte-esante-2015

 

En pratique :

  • 35% des Français déclarent consulter des sites Internet d’information en santé,
  • 14% disposent d’un Dossier Médical Personnel,
  • 8% ont installé sur leur smartphone des applications mobiles d’information en santé
  • 7% disposent de dispositifs médicaux communicants (objets connectés).

En revanche, près de la moitié des Français (47%) n’utilisent aucun de ces outils d’information médicale. En prime, 16% des Français seulement déclarent aujourd’hui échanger par e-mail ou SMS avec les professionnels de santé.

L’étude met pourtant en exergue que 87% des Français pensent qu’il serait intéressant que des applications mobiles viennent à proposer un contact facilité avec des services d’urgence. De même, 87% pensent qu’une aide à la prise en charge et au suivi de maladies spécifiques ou chroniques serait intéressante. En revanche, encore une très légère partie est prête à payer pour ces applications.

Enfin, en partant du principe que le secret médical et la confidentialité de leurs données médicales sont sécurisés, premier frein à l’utilisation de la e-santé (41% dont un jeune sur deux de moins de 24 ans), les Français se montrent en grande majorité favorables à son développement, et notamment à la transmission électronique de leurs résultats d’examen médicaux entre professionnels de santé (87%), au renouvellement d’ordonnances à distance (84%) et à la réception de leurs données médicales ou de leurs résultats d’examen sous format électronique (81%).

« Les Français croient au potentiel de l’e-santé et sont favorables à son développement : 4 Français sur 5 la jugent ainsi efficace pour améliorer la coordination entre les professionnels de santé. Toutefois, pour une mise en œuvre à grande échelle de l’e-santé, certains freins restent à lever, notamment l’inquiétude des jeunes face à la confidentialité des données », commente Mathieu Grosheny, Senior Manager Conseil Assurances de Personnes et Protection Sociale chez Deloitte.

Source : Deloitte

Wellfundr lance son service Crowd Equity

Après une première année de croissance et le financement de nombreux projets e-santé, la plateforme de crowdfunding e-santé Wellfundr se lance en Equity. 

backLe crowdfunding est devenu aujourd’hui une alternative efficace au financement classique. En effet, de nombreux projets notamment dans la e-santé ont pu se financer grâce à cette pratique. Wellfundr, première plateforme de crowdfunding e-santé a pour vocation d’accélérer la recherche et l’innovation médicale.

Via le financement participatif, elle permet de tester le potentiel d’un projet en évaluant l’implication des internautes et d’optimiser son projet selon les commentaires des internautes afin d’être au plus près de leurs besoins et attentes.

Lancé depuis le 22 avril 2014, wellfundr.com affiche plus de 75% de réussite avec plus de 40 000 € récoltés.

Aujourd’hui, Wellfundr fonctionne sur le mode de financement dit Don / Contrepartie, ce qui permet aux start-up de réaliser la pré-vente de services et de produits innovants, aux associations de récolter des dons pour une action concrète ainsi qu’à tous les autres acteurs de la santé (professionnels de santé, étudiants …) de financer leur projet.

L’industrie de la santé ne cesse de progresser dans la recherche et l’innovation mais il est possible d’aller encore plus vite et plus loin en apportant une source de financement inépuisable aux différents acteurs de la santé. En effet, selon Fabrice NABET, Président Fondateur de Wellfundr, « à la différence des acteurs du financement actuels, le crowdfunding ne fonctionne pas sous forme de budget annuel qu’il faut distribuer aux entreprises au fil de long dossiers à remplir, le crowdfunding c’est une foule immense de contributeurs et d’investisseurs prête à participer au développement des projets ».

C’est dans cette optique que Wellfundr propose désormais aux start-up e-santé et aux entreprises de biotechnologie un nouveau mode de financement permettant de lever entre 150 000 et 1 000 000 € auprès d’investisseurs particuliers : Equity.wellfundr.com.

Equity-wellfundr

C’est ce que l’on appelle l’equity-crowdfunding. Entré en vigueur le 1er octobre 2014, il permet aux entreprises de lever des fonds auprès des internautes grâce à des plateformes numériques sans passer par le circuit de financement traditionnel. Il s’agit d’un important levier permettant aux entreprises dont la taille est trop faible pour intéresser les acteurs traditionnels du private equity, d’accéder à des investisseurs en fonds propres.

Une communauté grandissante pour accompagner les start-up et entreprises

Au delà de sa communauté de plus en plus importante et de sa plateforme web/mobile pour réaliser les levées de fonds, Wellfundr s’étoffe actuellement d’un réseau de professionnels de santé dont les acteurs conseilleront et soutiendront les projets. L’occasion pour les entreprises de monter en compétences et en notoriété sur le plan médical avec l’appui des plus grands médecins, professeurs et influenceurs de leur spécialité.

« Nous sommes bien plus qu’un simple acteur de financement en santé, nous sommes un véritable booster sur le plan du développement, de la notoriété et de la stratégie des entreprises » explique Fabrice Nabet.

Wellfundr repose sur une équipe pluridisciplinaire qui accompagne les start-up sur le plan financier, stratégique, médical et marketing :

  • Fabrice NABET, Président Fondateur : Expert en Crowdfunding et en Digital Marketing. Co-Fondateur d’UP YOUR IDEA, première agence conseil en Crowdfunding.
  • Raphael CHEMLA, Directeur Général : Manager expertise Conseil chez Grant Thornton. Expert-comptable mémorialiste, spécialisé dans le domaine du financement participatif.
  • Isabelle ZABLIT, Directrice Partenariat & Stratégie : Présidente et fondatrice de Clavesis (Conseil en transformation digitale, expertise Santé). Membre d’associations professionnelles (Syntec Numérique) et Administrateur de Société certifiée.
  • Guillaume MARCHAND, Directeur Médical : Médecin Psychiatre, Président co-fondateur de DMD Santé, Vice Président du collège des professionnels de santé au Think Tank Isidore

Les critères de financement de Wellfundr

  1. Votre société est créée (moins de 8 ans), elle est innovante, à fort potentiel de croissance
  2. Votre société est basée sur le territoire français et a des preuves de concept (chiffre d’affaires, traction, clients pilotes,…)
  3. Votre projet est suffisamment avancé, vous avez une équipe solide ainsi qu’une caution médicale
  4. Vous envisagez d’autres moyens de lever des capitaux (prêt bancaire, fond d’investissement)

Pour proposer votre dossier à l’équipe de Wellfundr et faire partie des premiers projets Equity de la plateforme :

Source : Wellfundr

Braun propose une nouvelle gamme de tensiomètre

La société Braun propose une gamme de tensiomètres pour surveiller sa tension facilement et depuis chez soi. Présentation.

En France, l’hypertension artérielle touche environ 20% de la population adulte. Les personnes souffrant d’hypertension artérielle sont trois fois plus susceptibles de développer une maladie cardiaque ou un AVC, que les personnes ayant une tension artérielle normale.  L’hypertension artérielle s’accompagne rarement de symptômes : la seule façon de savoir si nous en souffrons est de mesurer la tension artérielle régulièrement.

Braun_logoSurveiller sa tension artérielle est donc la clé pour une bonne gestion de sa santé et de son bien-être.  Braun offre la possibilité de surveiller sa tension artérielle de manière régulière et à la maison en proposant une large gamme de tensiomètre.

Braun s’appuie sur son expertise, comme le thermomètre auriculaire ThermoScan®, pour proposer une gamme d’outils de qualité pour mesurer sa tension. La société souhaite rendre la surveillance de la tension simple et accessible à tous, de sorte qu’elle n’entrave pas le quotidien mais au contraire qu’elle l’améliore. Les deux gammes de tensiomètres Braun ont été développées pour convenir à différents besoins et à divers modes de vie.

Validés cliniquement suivant le protocole de la Société Européenne d’Hypertension, ces tensiomètres offrent une précision cliniquement prouvée et démontrée dans un grand nombre d’études cliniques.

Cette gamme propose notamment des tensiomètres poignet, conçus pour être faciles à utiliser :

  • BPW4300_Humanity_300dpi_RGBmodèle Braun VitalScan™3  (BBP2200) : compact et léger, il est doté de la technologie de détection d’arythmie cardiaque. Il peut enregistrer jusqu’à 90 mesures et offre un guide de démarrage rapide à la fois sur l’écran et sur la manchette
  • modèle Braun VitalScan™5 (BPW4300) : tensiomètre au poignet haute de gamme, il détecte le rythme cardiaque irrégulier du cœur et l’hypertension matinale. Le logiciel BP Smart Manager (CD inclus) permet à l’utilisateur de télécharger les résultats sur son ordinateur, de les enregistrer, de les analyser et de les envoyer à son médecin. Il enregistre jusqu’à 180 mesures à travers 2 profils d’utilisateur et indique la date et l’heure de prise de chaque mesure.

Idéal pour ceux qui recherchent la qualité haut de gamme et des dispositifs avancés, Braun propose une gamme de tensiomètres au bras : Braun ExactFit:

  • BP6000_Humanity_300dpi_RGBmodèle Braun ExactFit™3 (BP6000) :  mesure la tension artérielle ainsi que la fréquence cardiaque. l est capable de garder en mémoire 2 fois 40 contrôles ainsi que la date et l’heure de prise, et génère la moyenne des 3 dernières mesures. Inclut deux tailles de brassards (tailles S/M et L/XL), ce qui permet de s’adapter à plusieurs utilisateurs.
  • modèle Braun ExactFit™ 5 (BP6200) :  peut enregistrer jusqu’à 120 mesures pour deux utilisateurs. En outre, il permet une détection du rythme cardiaque irrégulier et de l’hypertension matinale. Sa fonction ‘moyenne’ avancée fournit une vue complète de la santé cardiovasculaire sur les 7 derniers jours.

Source : Braun

Le LEEM lance un magazine de l’innovation consacré à l’e-santé

Les Entreprises du Médicament (Leem) lancent une nouvelle édition de leur Magazine de l’Innovation consacrée cette fois à l’e-santé. Présentation.

Pour informer le grand public sur les enjeux de la e-santé, la santé numérique et plus spécialement la santé connectée, Les Entreprises du Médicament (Leem) lance un nouveau numéro du Magazine de l’Innovation.

Au programme de ce 7ème numéro :

  • Bouleversements provoqués par la e-santé et les bénéfices pour le patient
  • Zoom sur les objets connectés, une véritable industrie en devenir
  • Projection sur la santé de demain

Avec les interventions de Benoît Thieulin (Directeur de la Netscouade et Président du Conseil National du Numérique), Catherine Cerisey (Co-fondatrice de Patients & Web et auteur du blog « Après mon cancer du sein »), Eric Carreel (Président fondateur de Withings) et moi-même.

Source : Les Entreprises du Médicament (Leem)

Healthcare Data Institute : premier Think Tank international consacré au Big Data santé

Un nouveau Think Tank international consacré au Big Data dans le domaine de la santé a été lancé il y a quelques jours à l’initiative d’Orange Healthcare : Healthcare Data Institute. Présentation.

HDIAujourd’hui, la quantité de données de santé accessibles, couplée à des algorithmes et des capacités de traitement, ont imposé le Big Data comme facteur d’émergence de nouveaux usages dans l’épidémiologie, les médecines préventives et personnalisées, ou encore la recherche et le développement de nouveaux services de santé qui transforment l’accompagnement du patient.

Face à ce constat et la nécessité de structurer la reflexion autour de ces sujets, Orange Healthcare lance le Think Tank Healthcare Data Institute avec plusieurs acteurs dont le CEA, le cabinet Desmarais Avocats, IMS Health, McKinsey et le Groupe Vitalia.

Le Healthcare Data Institute, catalyseur d’idées à vocation française et internationale, se donne pour missions de faire progresser la réflexion de ses membres, de sensibiliser les publics, d’améliorer la compréhension, et de susciter l’émergence de projets concrets en favorisant la fertilisation croisée.

D’autres acteurs vont rejoindre le Healthcare Data Institute dans les prochains jours, dont des associations de patients, des organismes publics et réglementaires, des laboratoires pharmaceutiques, des personnalités du monde médical, des start-ups ou encore des assureurs, afin de représenter l’ensemble de l’écosystème Big Data Santé.

A noter que le développement et l’animation du Think Tank sont confiés à l’agence de relations publiques digital-native RCA Factory.

Source : Healthcare Data Institute

Medimail : messagerie sécurisée de santé pour les professionnels de santé

Le MiPih lance un service global de messagerie sécurisée de santé pour les professionnels de santé et les établissements : Medimail. Présentation.

Le groupement d’intérêt public MiPih s’inscrit comme Opérateur de Messagerie Sécurisée de Santé en lançant la solution Medimail qui se positionne comme un service global de messagerie sécurisée de santé qui protège les échanges de documents avec l’ensemble des professionnels de santé.

medimail

Ce service Medimail assure la confidentialité de tous les échanges électroniques et l’inviolabilité du contenu des fichiers de l’utilisateur. A l’instar de la lettre recommandée à accusé de réception postale, le service Medimail permet l’acheminement et la gestion des enveloppes et des pièces attachées. Les enveloppes Medimail sont sécurisées de façon unique.
Ce système, conforme à la législation, facilite les correspondances et échanges entre hôpitaux, médecins libéraux, laboratoires d’analyses et organismes liés à la santé.

Ce service à valeur ajoutée certifie et valide les transactions en garantissant la confidentialité. Le MiPih est hébergeur de données de santé et reconnu tiers de confiance. Il archive et trace toutes les actions survenues sur l’enveloppe, garantissant la production de preuves électroniques. Il horodate toutes les pièces dans le respect des standards internationaux.

Le MiPih propose également un annuaire centralisé des professionnels de santé qui s’autoalimente en fonction des besoins des utilisateurs. Il s’affranchit des barrières régionales et permet d’écrire à n’importe quel correspondant en France. Les contacts présents sont validés par leur structure de rattachement pour garantir l’identité des utilisateurs.

Medimail propose différentes fonctionnalités :

  • Un coffre-fort électronique : fiche de suivi pour chaque enveloppe, preuve de réception du courrier
  • Un guichet de contrôle virtuel : une clé d’ouverture unique est attribuée à chaque destinataires pour chaque envoi, suivi en temps réel pour l’expéditeur de l’ouverture de l’enveloppe par le destinataire
  • Des services supplémentaires : solution ouverte à tous les échanges interprofessionnels, cohabite avec toutes les messageries d’échanges sécurisés, une interface web permet un accès Internet permanent et sécurisé

Source : MiPih

Pharmagest lance l’e-pilulier DO-Pill

Pour améliorer l’observance et renforcer la relation patient/pharmacien, la société Pharmagest lance un pilulier électronique : Do-Pill. Découverte.

Développé par Pharmagest, l’e-pilulier DO-Pill est un pilulier électronique intelligent qui émet un signal sonore et visuel pour rappeler le moment de la prise de médicaments au patient. Il permet également d’alerter la famille, le médecin et le pharmacien en cas de défaut d’observance permettant un suivi précis des patients dans leur traitement.

Destiné aux pharmaciens, cet e-pilulier a pour objectif d’améliorer la qualité de vie des malades chroniques et de contribuer à la réduction des dépenses de santé.

do-pill

Fonctionnement : chaque mois, le pharmacien remplit les 28 cases en fonction de l’ordonnance des patients. Chaque alvéole est scellée par un blister électronique connecté à la pharmacie. Les alarmes du pilulier rappellent au patient l’heure de la prise et préviennent le pharmacien en cas d’inobservance du traitement.

Pour information, un premier déploiement de cet e-pilulier sera prochainement effectué auprès de 1 500 patients insuffisants rénaux en Lorraine, en Aquitaine et dans le Nord.

Source : Pharmagest

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 6 910 autres abonnés