Le meilleur du digital santé de l’été 2014 (juillet/août)

Découvrez les dernières nouveautés du digital santé francophone au cours des mois de juillet et août 2014.

meilleur200Nouveaux sites, blogs, contenus et campagnes web

M-santé

Santé connectée

Médias sociaux

E-santé

Pharma 2.0

Etudes, enquêtes & débats

Evènements

Si j’ai oublié quelques nouveautés, n’hésitez pas à m’en faire part…

Vidéo : campagne ludique contre la contrefaçon de médicaments

L’Institut de recherche contre les médicaments contrefaits (IRACM) a réalisé un film d’animation présentant de façon ludique les dangers des faux médicaments. Découverte.

Pour lutter contre la contrefaçon de médicaments et sensibiliser le grand public, l’IRACM a réalisé un film d’animation ludique avec les personnages de Max et Tony . Tony explique le danger des faux médicaments à Max et pourquoi ils mettent nos vies en danger. Les principales rubriques expliquent ce que sont les médicaments contrefaits, l’ampleur du phénomène, la problématique Internet et bien sûr les solutions.

L’IRACM est un membre fondateur de la campagne internationale Fight The Fakes, aux côtés de la fondation Chirac et d’autres partenaires de santé publique.

Source : Institut de recherche contre les médicaments contrefaits (IRACM)

My Medical Pass : guichet unique virtuel pour les Français

Un nouveau service pour la prise de rendez-vous chez un professionnel de santé et l’accès à la chirurgie ambulatoire a vu le jour : My Medical Pass. Présentation.

Partant du constat que la prise de rendez-vous est une source de tension et d’anxiété pour les patients, d’anciens dirigeants d’établissement de santé et des professionnels de santé ont lancé le service My Medical Pass.

Développé par des professionnels de santé, My Medical Pass a pour ambition de créer un "guichet unique virtuel" d’un réseau ambulatoire national afin de faciliter l’accès aux soins "ambulatoires" : consultations, médecine et chirurgie ambulatoire, pharmacie.

MyMedPassExpress

L’objectif de ce service en ligne My Medical Pass est de faciliter l’accès à la chirurgie ambulatoire pour les patients en amont de l’hospitalisation. Il se présente comme une assistance aux patients dans la coordination des rendez-vous médicaux (par exemple chirurgie, anesthésie..), au niveau de la préadmission. My Medical Pass permet de réaliser le lien entre la consultation de ville et l’hospitalisation.

Le service comprend :

  • des informations claires et fiables sur les tarifs et la qualité des partenaires
  • un maillage national des partenaires avec une offre non limitée à l’Ile de France
  • une assistance de la consultation jusqu’à l’admission en hospitalisation

Un service simple d’utilisation

Ce service My Medical Pass fonctionne suivant différentes étapes :

MyMedPass-fonctionnement

  • Recherche : sélectionnez une spécialité (ophtalmologue, kiné…), un motif de consultation puis renseignez un code postal ou une adresse et enfin une date
  • Choix : plusieurs résultats de recherche non nominatifs vous sont proposés. Vous pouvez les classer par proximité, créneau horaire ou secteur (1 ou 2)
  • Inscription : une fois le choix d’un praticien effectué, complétez le formulaire et cliquez sur Confirmer pour obtenir un numéro de pré-réservation
  • Numéro de pré-réservation : l’obtention de ce numéro (valable 5 minutes) vous permet de confirmer votre demande et d’appeler le 118 918
  • Appel du 118 918 : confirmez l’heure de votre rendez-vous et obtenez les coordonnées du praticien de votre choix en appelant le numéro 118 918 (1,35€/appel + 0,34€/mn)
  • Obtention des coordonnées du praticien : les opérateurs vous donneront toutes les informations nécessaires sur le praticien de votre choix: coordonnées, tarifs, dépassement
  • Confirmation par SMS : vous recevrez une confirmation de votre rendez-vous par mail et SMS à la fin de votre appel

Source : My Medical Pass

Nouveau réseau pour les patientes atteintes d’un cancer du sein et leurs proches

Une plateforme web d’échange réservée aux patientes atteintes d’un cancer du sein et leurs proches a été lancée : Mon réseau cancer du sein. Découverte.

logo-MonRéseauCancerSeinL’association Patients en réseau, créée après une expérience personnelle vécue du cancer, regroupe des patients et des proches touchés par des maladies graves. Cette association a pour vocation de développer des réseaux sociaux sécurisés, utiles et  fiables en mettant le patient au cœur du projet afin de favoriser des liens concrets, faciliter l’accès aux  professionnels de proximité et diffuser une information scientifique de référence.

C’est dans ce but que la plateforme Mon réseau cancer du sein a été lancée. Ce réseau permet aux patientes atteintes d’un cancer du sein et aux proches :

  • d’échanger et de se soutenir,
  • de trouver et partager des adresses de professionnels
  • de s’informer et enrichir ses connaissances

MonRéseauCancerSein

Source : Patients en réseau

Epi&Me : application pour patient épileptique

Un carnet de bord pour mieux gérer au quotidien l’épileptie est disponible sur mobile : Epi&Me. Découverte.

www.epiandme.comDestiné au patient diabétique, l’application mobile Epi&Me, réalisée par l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM) avec le soutien institutionnel de UCB Pharma, se présente comme un carnet de bord simple et intuitif pour mieux gérer l’épilepsie.

Plusieurs fonctionnalités sont proposées :

  • Radar d’humeur : renseigner au quotidien son humeur et son état d’énergie
  • Signaler une crise : établir un agenda de crises d’épilepsie en signalant le moment de survenue des crises, leurs symptômes, leur circonstance de survenue, leur particularité.
  • Filmer mes crises : utiliser le téléphone pour que l’entourage puisse filmer une crise et la présenter à son médecin. Cela pourrait l’aider à mieux diagnostiquer/connaître son épilepsie.
  • Déclarer des évènements : déclarer un oubli de médicament, la survenue d’un facteur pouvant favoriser une crise, de potentiels effets indésirables de son traitement, des évènements de santé ou de vie
  • Gérer son traitement : renseigner son traitement médicamenteux en cours via un scan direct des boîtes de médicament, prévoir ses modifications de traitement, garder l’historique de ses traitements, utiliser une alarme de prise de médicaments.
  • Suivre son sommeil : quantifier son sommeil en posant son téléphone au bord de son oreiller. Il transcrira la quantité de sommeil via les mouvements nocturnes.
  • Courbes de crises : faire apparaître ses crises sous forme graphique et étudier les effets des traitements, des facteurs influençant les crises…

apple store

 

Source : Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM)

 

Cardiocity : plateforme web destinée aux professionnels de santé

Le laboratoire Boehringer-Ingelheim a lancé il y a quelques semaines une nouvelle version de sa plateforme d’échanges et d’informations destinée aux professionnels de santé : Cardiocity. Présentation.

Espace d’échange et d’information destiné aux professionnels de santé lancé en 2013, la plateforme Cardiocity évolue avec une nouvelle version déployée il y a quelques semaines.

CardioCity

Cette plateforme, développée par le laboratoire Boehringer-Ingelheim, a pour objectif de faire découvrir et valoriser les idées, projets et talents qui font la médecine d’aujourd’hui et de demain.

Pour répondre aux demandes des utilisateurs, cette nouvelle version dispose d’une interface optimisée, simple et intuitive. Elle propose aux professionnels de santé de nombreux contenus actualisés régulièrement : conférences, reportages, interviews, lives… Cardiocity permet également au professionnel de santé de partager du contenu avec ses confrères et de poser des questions en direct aux interveants lors d’évènements retransmis en live.

Source : Boehringer-Ingelheim

 

Infographie : panorama de la vente en ligne de médicaments en Europe

Le site 1001pharmacies.com dresse un état des lieux de la vente en ligne de médicaments en Europe. Résultats en infographie.

1001pharmacies.com, un des leaders des produits de pharmacie et parapharmacie en ligne, a réalisé au cours du mois de juillet 2014 un état des lieux de la vente en ligne de médicaments en Europe, qui met en avant des situations contrastées selon les différentes législations nationales, et un retard qui pénalise avant tout les Français et les pharmaciens.

"Depuis Janvier 2013, les Français peuvent acheter en toute sécurité des médicaments sur Internet. En effet, la législation française, imposée par le droit européen, a autorisé les pharmacies françaises exclusivement à vendre en ligne des médicaments sans ordonnance. Dans la pratique, encore peu de Français peuvent le faire. Pourquoi une telle disparité entre les consommateurs français et leurs voisins européens ?", indiquent Cédric O’Neill et Sabine Safi, co-fondateurs de 1001Pharmacies.com

Les précurseurs : l’Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas

La France fait encore office de mauvais élève pour le secteur de la vente en ligne de médicaments. Elle copie sur la Belgique, l’Espagne et l’Italie, en ne proposant à la vente sur Internet que les médicaments sans ordonnance.

Pourtant, de nombreux pays comme l’Allemagne (2004) et le Royaume-Uni (1999) ont adopté depuis longtemps la vente online. La France reste campée sur ses positions et freine un secteur pourtant vital pour la santé des Français. Dans le détail, les Pays-Bas ou encore le Royaume-Uni autorisent la vente en ligne de tous les médicaments, soumis ou non à prescription, et ne demandent même pas l’obligation d’être adossés à une pharmacie physique.

Il est important de noter également quelques cas particuliers comme celui de la Suisse, où la vente en ligne n’est autorisée que pour les médicaments soumis à prescription. Mais aussi celui du Portugal, de la Suède, de la Finlande et du Danemark qui autorisent la vente en ligne de tous médicaments, soumis ou non à prescription, sous la condition que le site soit adossé à une pharmacie physique.

Un taux de pénétration et de vente en France quasi nul

Conséquence de ce retard, la France n’enregistre que 1% de vente online, alors que le taux de pénétration atteint plus de 8% de la population en Allemagne et en Angleterre. Ce très fort pourcentage est essentiellement dû à une pratique plus répandue de l’automédication. Les Allemands sont en effet adeptes à plus de 40% contre 16% en France.

Si les Français n’achètent pas de médicaments en ligne, c’est essentiellement à cause d’un manque d’offres adaptées – et de connaissance de ces offres. En effet, ce chiffre est en contradiction avec les usages des Français qui plébiscitent à 23% la consommation régulière de produits de beauté sur Internet. Cette absence de solutions de vente en ligne engendre des conséquences économiques importantes pour le marché qui ne représente que 20M€ de produits vendus par an en France contre 1,9Md€ en Allemagne.

Medicaments-europe

Source :  1001pharmacies.com

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 347 autres abonnés