TESSI : application mobile pour le Traitement Et Suivi de Santé Individualisés

Le laboratoire Arrow Génériques lance une application mobile pour le suivi de données de santé et de bien-être : TESSI. Découverte.

AppliTessiPour permettre de suivre au quotidien ses données bien-être tels que activité physique, plan diététique ou sommeil mais également ses données de santé (cholestérol, diabète, ou suivi de la grossesse), le laboratoire Arrow Génériques lance l’application mobile TESSI : Traitement Et Suivi de Santé Individualisés.

Cette application permet de se fixer des objectifs, d’évaluer ses risques et de suivre ses performances au quotidien. Elle met à disposition un tableau de bord permettant de colliger en un seul endroit les données générées par différents objets connectés. Il s’agit de la première application qui relie un patient avec son professionnel de santé. En effet, via un tableau de bord partagé, le pharmacien ou professionnel de santé peut accéder aux données de santé de ses patients collectées dans l’application.

L’application propose plusieurs types de données autour de différentes thématiques :

  • Suivi de poids : poids, masse grasse, tour de taille, indice de masse corporelle (IMC) et rapport taille-hauteur à partir de l’entrée manuelle de données ou l’entrée automatique par des appareils de santé connectée tels que les balances A&D Medical, Fitbit, iHealth, Medisana, Withings et Wahoo Fitness.
  • Suivi de la pression artérielle : pression Systolique et Diastolique, Pouls au repos et Pression artérielle moyenne (PAM) à partir de l’entrée manuelle de données ou par des appareils de santé connectée tels que les tensiomètres A & D Medical, iHealth, Medisana et Withings.
  • Suivi du nombre de pas quotidien à partir de la saisie manuelle ou à partir des Trackeurs de santé connectée comme BodyMedia, Fitbit et Jawbone.
  • Suivi de l’activité physique : cardio et musculation, à partir de données entrées manuellement ou importées par RunKeeper ou Moves.
  • Suivi de cholestérol LDL par la saisie manuelle de vos résultats d’analyse biologique dans l’application.
  • Suivi de la glycémie : diabètes de type 1 et type 2. Ce module propose le suivi de la glycémie et de l’hémoglobine glyquée par la saisie manuelle des résultats des tests ou par lecteurs de glycémie connectés dans l’application.
  • Programme nutritionnel personnalisé définissant un nombre de calories journalières et par repas, en fonction du profil renseigné en amont.
  • L’évaluation des risques pour la santé : informe l’utilisateur de ces risques, des valeurs cibles et de sa propre situation sous forme de tableaux tels que les risques d’incidents cardiovasculaires, les risques de diabète de type 2 et de syndrome métabolique.
  • Votre Coach Santé : envoie de messages personnalisés en temps réel pour permettre à l’utilisateur d’améliorer ses pratiques en matière de prévention des risques. L’application génère des rappels pour ne pas oublier de se peser, de prendre sa tension artérielle, son rendez-vous chez le médecin traitant ou chez un spécialiste.
  • Edition d’un rapport de données : rapport synthétique en PDF, qui peut être consulté, imprimé ou partagé avec ses professionnels de santé par e-mail ou SMS.
  • Note texte, audio, photo et journal de bord : prise de note, des enregistrements audio ou de télécharger des photos que vous souhaitez partager avec les professionnels de santé qui vous suivent.

L’application TESSI Patient est compatible avec une grande variété d’appareils de santé connectée (références compatibles disponibles dans la rubrique « santé connectée »). On peut lier l’ensemble de ces objets connectés à l’application et synchroniser ses données en temps réel. L’application fonctionne avec divers trackers d’activités, pèse-personnes, tensiomètres, moniteurs de fréquence cardiaque, glucomètres, oxymètres et thermomètres.

apple store &   Android app on Google Play

Source : Arrow Génériques

 

Le meilleur du digital santé de février 2015

Découvrez les dernières nouveautés du digital santé francophone au cours du mois de février 2015.

meilleur200Vous pouvez également retrouver toute cette veille et plus encore sur mes différents scoop it ! :

…et tous les autres canaux :


 

Nouveaux sites, blogs, contenus et campagnes web

 


 

M-santé

 


 

Santé connectée

 


 

Médias sociaux

 


 

E-santé

 


 

Big Data / Open Data

 


 

Pharmacie 2.0

 


 

Etudes, enquêtes & débats

 


 

Evènements

 

Si j’ai oublié quelques nouveautés, n’hésitez pas à m’en faire part…

 

Doctor pocket : application pour la relation médecin-patient

Une nouvelle application mobile pour faciliter la relation médecin-patient a été lancée il y a quelques semaines : Doctor Pocket. Découverte.

DoctorpocketLauréate du concours Doc eServices des laboratoires Abbott, qui promeut l’innovation au sein du corps médical, l’application mobile Doctor Pocket a été conçue par un informaticien et un médecin généraliste toulousain, le Dr David Bilfeld.

Disponible gratuitement, cette application relie le médecin à ses patients en mettant à disposition de l’utilisateur des renseignements pratiques sur les horaires du cabinet et autorise la prise de rendez-vous en ligne, via son smartphone.

Pour compléter les informations le concernant, le professionnel de santé doit entré son numéro RPPS, son numéro de CPS et son email. De son côté, la patient rempli un formulaire d’inscription avec ses coordonnées, son numéro de portable et son email.

Un système d’alert push permet au médecin :

  • d’informer tous ses patients concernant l’actualité de son cabinet, par exemple une fermeture exceptionnelle ou autre
  • d’entrer en contact directement avec un patient particulier en cas de mauvais résultats d’analyse

Un carnet de vaccination à partager avec son patient. est également mis à disposition. D’autres fonctionnalités vviendront prochainement compléter l’application comme un service de remplacement entre médecins.

apple store &   Android app on Google Play

Découverte en vidéo :

Source : Doctor Pocket

 

Qardiocore : premier électrocardiographe connecté

Un nouvel objet connecté santé fera son apparition dans les prochaines semaines permettant de mesurer l’activité du cœur: Qardiocore. Présentation.

Aujourd’hui la santé connectée a le vent en poupe avec l’apparition de nombreux objets connectés pour accompagner le patient dans son suivi, l’observance ou le professionnel de santé dans sa pratique médicale.

Dans cette tendance, la société Qardio lance le premier électrocardiographe connecté permettant de mesurer l’activité de son coeur : Qardiocore. Cet électrocardiographe connecté se place sur sa poitrine afin de mesurer l’activité du coeur.  Discret, il se porte sous un vêtement pour le conserver tout au long de la journée.

qardiocore

Qardiocore permet de faire soi-même ses électrocardiogrammes et de transmettre les données mesurées au sein d’une application dédiée sur son smartphone par Bluetooth.

L’objectif de cet objet connecté est donc de pouvoir surveiller son cœur au quotidien et d’accéder à un historique des données. Cette auto-surveillance quotidienne ne doit pas remplacer la consultation d’un médecin généraliste ou spécialiste mais permettre un réel suivi pour certaines pathologies cardiaques.

qardiocore-1

Cet objet devrait être lancé au cours du printemps 2015.

Source : Qardio

 

m-Santé : usage mobile des médecins en 2015

Dans le cadre de l’Observatoire des usages numériques en santé créé en 2012, en partenariat avec le Conseil National de l’Ordre des Médecins, Vidal publie les résultats de son 3ème baromètre sur l’usage mobile des médecins. Découverte.

observatoire-vidalCette nouvelle édition du baromètre sur l’utilisation des smartphones par les médecins a été réalisée en 2014 auprès de 2 154 médecins utilisateurs de smartphones (étude réalisée par questionnaire via e-mail). Plusieurs évolutions sont à observer par rapport aux deux éditions précédentes.

Les médecins utilisent de plus en plus leurs smartphones pour établir leur prescription

Les principaux résultats de cette nouvelle édition montrent notamment que les médecins utilisent de plus en plus  leur smartphone pour aller sur internet (94%), y compris en consultation (19%). Ils l’utilisent aussi de plus en plus pour établir leur prescription (64% en 2014, contre 34% seulement en 2012). Plus de la moitié d’entre eux (56%) souhaiteraient pouvoir disposer d’une fonctionnalité leur permettant d’accéder à leur logiciel médical.

observatoire-vidal-sites

A l’inverse, les sites des institutions sont de moins en moins fréquentés (36% en 2014, contre 51% en 2012).

Près d’un médecin interrogé sur 4 (23%) consulte les réseaux sociaux à partir de son smartphone :  88% Facebook, 32% Twitter et 32% LinkedIn, en forte progression depuis 2012. Peu le font pendant la consultation (11%), et moins d’1 fois sur 2 pour échanger avec un confrère.

Applications mobiles : bases de données médicamenteuses toujours plébiscitées

Les médecins déclarent de plus en plus utiliser des applications médicales sur leur smartphone : 61% en 2014 vs 53% en 2012. Mais leurs usages semblent se modifier sensiblement : la plupart des applications citées dans l’Observatoire depuis 2012 (anatomie, données biologiques, équivalences étrangères, interactions médicamenteuses, actualités médicales) sont moins utilisées. Seules les applications «bases de données médicamenteuses» restent en progression sur 2 ans.

Pour le Dr Jean-Philippe Rivière (vidal.fr), « ce tassement est comparable à celui constaté il y a une dizaine d’années avec l’internet santé : après une phase initiale de curiosité, le grand public, puis les médecins, ont recentré leurs usages réguliers sur les sites correspondant à leurs besoins quotidiens d’outils et d’informations ».

smartphoneUne inquiétude sur la sécurisation des données

Plus d’un quart (27%) des médecins utilisateurs d’applications professionnelles s’inquiètent de la sécurisation de leurs données personnelles, quelle que soit l’application.

La plupart (86%) des médecins interrogés échangent fréquemment avec leurs confrères par mails. Près de la moitié (47%) utilisent une messagerie sécurisée. Le Dr Jacques Lucas (CNOM) relève qu’il « serait assez paradoxal que les médecins s’inquiètent de la sécurisation de leurs données personnelles et n’aient pas le même souci pour les données identifiantes de santé qui transitent par messagerie, c’est sans doute pour cela que près de la moitié d’entre eux utilisent maintenant des messageries sécurisées ».

Les médecins interrogés conseillent de plus en plus d’applications mobiles à leurs patients (17% en 2014, contre 8% en 2013), en particulier pour le suivi de la glycémie (19%), le suivi et des conseils nutritionnels (11%) et le suivi tensionnel (9%).

Source : Vidal

Yolo Companion : application pour la prévention de l’alcool chez les jeunes

L’Agence Régionale de Santé de Bourgogne et l’Ireps de Bourgogne ont lancé une application pour la prévention de l’alcool chez les jeunes : YOLO Companion. Découverte.

yoloLancé fin 2014 dans le cadre du Pass Santé Jeunes, l’application YOLO Companion a pour objectif d’accompagner les jeunes pour les rendre acteurs de leur santé, et vise plus spécifiquement les risques liés à la consommation d’alcool. Cette application répond à une double préoccupation de santé publique dans la lutte contre les addictions :

  • Eviter les consommations régulières qui peuvent aboutir à une dépendance chez l’adulte
  • Lutter contre le « binge drinking » source de mortalité par accidents sur la voie publique ou de comportements de violents.

Le sigle traduit « You Only Live Once » (« tu n’as qu’une vie », «  on ne vit qu’une fois ») vise à séduire le public des 14-18 ans, l’expression étant couramment utilisée sur les réseaux sociaux. « Tu n’as qu’une vie, protège-là » réplique en quelque sorte l’application qui propose plusieurs fonctionnalités pour évaluer son alcoolémie, tester ses connaissances, se confronter à des situations à risques…

YOLO Companion propose 4 possibilités :

  • désigner celui qui ne boit pas pour ramener les copains : un jeu de hasard le « Cap’tain de soirée »
  • vérifier que l’on n’a pas franchi la limite : un test et des défis à relever « Sitabu Tabuse »
  • devenir le héros de l’histoire : un jeu virtuel « Think or Drink »
  • tester ses connaissances : un jeu de questions/réponses « Le Quizz »

L’application YOLO Companion ne se substitue pas à la consultation d’un médecin ou d’un professionnel de santé. Les données fournies par l’application sont purement informatives : le résultat de l’alcoomètre n’est donné qu’à titre indicatif et ne saurait être utilisé pour déterminer si une personne est en mesure de conduire ou comme preuve lors d’un contrôle routier. Il ne dispense pas de l’utilisation d’un test d’alcoolémie. Toute personne ayant téléchargé l’application demeure responsable de son utilisation.

apple store &   Android app on Google Play

Source : Agence Régionale de Santé de Bourgogne

L’Ordre des Médecins publie un livre blanc sur la santé connectée

Le Conseil National de l’Ordre des Médecins a publié un livre blanc sur la santé connectée qui a vocation à enrichir le débat public. Présentation.

Livre-blanc-CNOMA l’occasion d’une Matinée-Débat le 03 février dernier à Paris sur « les enjeux de la santé connectée », le Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM) a présenté son nouveau livre blanc consacré à la santé connectée.

Le CNOM observe avec intérêt que le débat sur la santé connectée s’est ouvert à la CNIL, dans des cercles de réflexion consacrés au numérique, dans les institutions du monde de la santé et au sein même de la Commission européenne.

Ce livre blanc n’apporte pas des réponses péremptoires mais pose des interrogations éthiques et déontologiques dans l’accompagnement des évolutions de nos sociétés et y apporte des éléments de réflexion.

A travers ce document, le CNOM se prononce pour une régulation de la santé connectée mais pas restrictive. L’idée serait de pouvoir informer l’usager pour qu’il puisse s’y retrouver dans tous ces objets connectés et d’assurer la protection des données personnelles.

Dans ce livre blanc, le CNOM formule six recommandations :

  1. Définir le bon usage de la santé mobile au service de la relation patients-médecins
  2. Promouvoir une régulation adaptée, graduée et européenne
  3. Poursuivre l’évaluation scientifique
  4. Veiller à un usage éthique des technologies de santé connectée
  5. Développer la littérature numérique
  6. Engager une stratégie nationale de e-santé

Revivez le livetweet de la matinée-débat « Les enjeux de la santé connectée »

Source : Conseil National de l’Ordre des Médecins

Sur le même sujet :

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 6 238 autres abonnés