Infographie pour sensibiliser sur la contrefaçon via Internet

Le Comité National Anti-Contrefaçon (CNAC) a publié une infographie pour sensibiliser le grand public sur la contrefaçon en général via Internet. Présentation.

En France, la lutte anti-contrefaçon est organisée et mise en œuvre au sein du Comité national anti-contrefaçon (CNAC), partenariat public-privé qui vise à renforcer l’échange d’informations et de bonnes pratiques, à coordonner des actions concrètes et à formuler de nouvelles propositions. Créé en 1995, il réunit des fédérations industrielles et artistiques, des associations professionnelles, des entreprises et les administrations concernées par la lutte anti-contrefaçon.

Pour sensibiliser le grand public aux dangers de la contrefaçon via Internet pour la santé, la sécurité le commerce etc, le Comité national anti-contrefaçon (CNAC) a publié une infographie :

infographie_CNAC

Source : Comité national anti-contrefaçon (CNAC)

 

Infographie : panorama de la vente en ligne de médicaments en Europe

Le site 1001pharmacies.com dresse un état des lieux de la vente en ligne de médicaments en Europe. Résultats en infographie.

1001pharmacies.com, un des leaders des produits de pharmacie et parapharmacie en ligne, a réalisé au cours du mois de juillet 2014 un état des lieux de la vente en ligne de médicaments en Europe, qui met en avant des situations contrastées selon les différentes législations nationales, et un retard qui pénalise avant tout les Français et les pharmaciens.

"Depuis Janvier 2013, les Français peuvent acheter en toute sécurité des médicaments sur Internet. En effet, la législation française, imposée par le droit européen, a autorisé les pharmacies françaises exclusivement à vendre en ligne des médicaments sans ordonnance. Dans la pratique, encore peu de Français peuvent le faire. Pourquoi une telle disparité entre les consommateurs français et leurs voisins européens ?", indiquent Cédric O’Neill et Sabine Safi, co-fondateurs de 1001Pharmacies.com

Les précurseurs : l’Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas

La France fait encore office de mauvais élève pour le secteur de la vente en ligne de médicaments. Elle copie sur la Belgique, l’Espagne et l’Italie, en ne proposant à la vente sur Internet que les médicaments sans ordonnance.

Pourtant, de nombreux pays comme l’Allemagne (2004) et le Royaume-Uni (1999) ont adopté depuis longtemps la vente online. La France reste campée sur ses positions et freine un secteur pourtant vital pour la santé des Français. Dans le détail, les Pays-Bas ou encore le Royaume-Uni autorisent la vente en ligne de tous les médicaments, soumis ou non à prescription, et ne demandent même pas l’obligation d’être adossés à une pharmacie physique.

Il est important de noter également quelques cas particuliers comme celui de la Suisse, où la vente en ligne n’est autorisée que pour les médicaments soumis à prescription. Mais aussi celui du Portugal, de la Suède, de la Finlande et du Danemark qui autorisent la vente en ligne de tous médicaments, soumis ou non à prescription, sous la condition que le site soit adossé à une pharmacie physique.

Un taux de pénétration et de vente en France quasi nul

Conséquence de ce retard, la France n’enregistre que 1% de vente online, alors que le taux de pénétration atteint plus de 8% de la population en Allemagne et en Angleterre. Ce très fort pourcentage est essentiellement dû à une pratique plus répandue de l’automédication. Les Allemands sont en effet adeptes à plus de 40% contre 16% en France.

Si les Français n’achètent pas de médicaments en ligne, c’est essentiellement à cause d’un manque d’offres adaptées – et de connaissance de ces offres. En effet, ce chiffre est en contradiction avec les usages des Français qui plébiscitent à 23% la consommation régulière de produits de beauté sur Internet. Cette absence de solutions de vente en ligne engendre des conséquences économiques importantes pour le marché qui ne représente que 20M€ de produits vendus par an en France contre 1,9Md€ en Allemagne.

Medicaments-europe

Source :  1001pharmacies.com

Pierre Fabre lance un site web dédié à l’acné sévère

Le laboratoire Pierre Fabre Dermatologie a lancé il y a quelques jours un nouveau site web consacré à l’acné sévère : acne-severe.com. Découverte.

Pour répondre aux interrogations des patients et permettre à leur entourage de les accompagner efficacement, le laboratoire Pierre Fabre Dermatologie lance un nouveau site web consacré à l’acné sévère : www.acne-severe.com.

www.acne-severe.com

Ce site d’information a été conçu sous le contrôle du « Conseil Scientifique de l’Acné Sévère », constitué en 2011 et regroupant des dermatologues experts, exerçant aussi bien en ville qu’à l’hôpital. Il propose des témoignages, des vidéos ainsi que des conseils et des avis de spécialistes de cette affection.

Infographie : l’acné en chiffre

Le laboratoire Pierre Fabre Dermatologie met également à disposition sur ce site web une infographie concernant les chiffres clés de l’acné :

infographie-acne

Source : Laboratoire Pierre Fabre Dermatologie

Buzz e-santé, un autre regard sur le digital santé

En cette période estivale, le blog se met en veille pendant quelques semaines. J’en profite pour remercier tous les lecteurs de plus en plus nombreux chaque semaine !

Buzz

Infographie : Santé mobile, vers une fracture médecin-patient ?

A l’occasion de l’Université d’été de la e-santé, l’association Isidore Santé a dévoilé les résultats d’une enquête menée auprès des professionnels de santé sur la santé mobile. Résultats en infographie.

Réalisée en partenariat avec Vidal, Egora, les laboratoires Expansciences et IDS Santé, cette enquête Isidore Santé “Les applications santé et vous” met en lumière une réelle fracture digitale entre les professionnels de santé et les patients.

Quelques enseignements : près de 9 professionnels de santé sondés sur 10 déclarent être mobinaute (50,2 % étant équipés d’un smartphone et d’une tablette, 33,3 % uniquement d’un smartphone et 5,1 % d’une tablette) et plus de 6 sur 10 déclarent utiliser des applications mobiles pour leur pratique. Parmi ceux-ci, 62 % les téléchargent à partir de l’Appstore (iOs).

Si les bases de données médicamenteuses restent en première place dans le top des applications téléchargées et utilisées (respectivement 32 % et 38 %), il est à noter que les applications de FMC, si elles sont peu téléchargées (1,6 %), font partie des plus utilisées (14 %).

Au-delà de l’usage pour leur pratique, cette enquête “Les applications santé et vous” révèle également que la fracture digitale entre médecins et patients risque de devenir une réalité.

De fait, à l’heure où la France compte 7 millions de mobinautes santé et où près de 20 % des personnes en ALD souhaitent que leur médecin leur conseille une application mobile de santé, ils ne sont que 9 % des professionnels de santé à avoir téléchargé une application patient pour pouvoir la conseiller (25 % pour savoir ce qu’elle contient et plus de 60 % ne l’ont jamais fait ou l’ont fait par erreur). De plus, uniquement 2 % des professionnels de santé ont téléchargé une application de relation médecin-patient et seul 1 % l’utilise !

Découverte des principaux résultats en infographie :

Infographie-Isidore

Source : Isidore Santé

Le meilleur du digital santé en juin 2014

Découvrez les dernières nouveautés du digital santé francophone au cours du mois de juin 2014.

meilleur200Nouveaux sites, blogs, contenus et campagnes web

M-santé

Santé connectée

Médias sociaux

E-santé

Club Digital Santé (#hcsmeufr)

Etudes, enquêtes & débats

Evènements

Si j’ai oublié quelques nouveautés, n’hésitez pas à m’en faire part…

Infographie : l’hôpital 2.0 passe par les réseaux sociaux

Lors du Congrès Doctors 2.0 & You début juin, Hôpital Web 2.0 a présenté une infographie sur l’utilisation des réseaux sociaux par les hôpitaux publics. Découverte.

Créateur du site Hôpital Web 2.0 et chef de projet Digital à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Chanfi Maoulida a présenté lors du Congrès Doctors 2.0 & You une analyse de l’utilisation des réseaux sociaux aujourd’hui au sein de l’hôpital public en France. Découverte en infographie :

infographie-hopital-chanfim

Source : Hôpital Web 2.0

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 319 autres abonnés