E-santé et les Français : un décalage entre attente et usage

La 4ème édition de l’étude Santé de Deloitte, réalisée avec l’Ifop, qui questionne les Français sur leur consommation de soins et de services santé vient de paraître. Découverte des principaux résultats.

Au cours de ce Baromètre Santé 2015, un panel de plus de 2 000 Français a été interrogé sur leur perception du système de santé en général, mais aussi sur l’évolution de leur budget santé, sur l’efficacité de la prévention, les attentes des complémentaires santé, et enfin sur le développement de la e-santé.

deloitte-ifopPrincipaux chiffres :

  • Satisfaction des Français de la qualité de leur système de santé (86%)
  • Néanmoins, 86% des Français anticipent une hausse des dépenses de santé restant à leur charge au cours des prochaines années
  • 54% des Français ont le sentiment que le nombre de médecins généralistes diminue dans leur région
  • 75% des Français sont satisfaits des remboursements de leur mutuelle sur les principaux postes de dépenses (consultation, hospitalisation…)
  • 70% des Français sont au courant de la généralisation de de la complémentaire santé
  • 48% pourraient avoir recours à une couverture supplémentaire auprès de leur mutuelle
  • Trois Français sur quatre attendent des services d’accompagnement au parcours de vie de la part de leur mutuelle
  • 62% des personnes ayant mis en place une action de prévention constatent une amélioration de leur santé
  • 40% des Français estiment manquer de moyens financiers pour agir sur leur propre santé
  • 1 Français sur 2 estime que le système de santé est en retard en matière de e-santé
  • 20% des moins de 24 ans seraient prêts à payer pour bénéficier d’une application mobile en matière de prévention mais 1 jeune sur 2 cite comme obstacle à l’usage de la e-santé la crainte quant à la confidentialité de leurs données personnelles
  • 42% affirment ne pas connaître précisément la nouvelle loi de santé

Une forte attente des Français autour de la e-santé

Un Français sur deux se montre partagé quant à la place qu’occupe le système de santé français en matière de e-santé et pointe du doigt son retard. Le premier bénéfice de la e-santé perçu par les Français réside dans l’amélioration de la coordination des professionnels de santé (81%). Plus de 3 Français sur 4 (77%) estiment également que la e-santé sera efficace pour mieux suivre des indicateurs biologiques de santé comme le pouls, la tension, le poids, mais aussi pour lutter contre les déserts médicaux par 2 Français sur 3.

Deloitte-esante-2015

 

En pratique :

  • 35% des Français déclarent consulter des sites Internet d’information en santé,
  • 14% disposent d’un Dossier Médical Personnel,
  • 8% ont installé sur leur smartphone des applications mobiles d’information en santé
  • 7% disposent de dispositifs médicaux communicants (objets connectés).

En revanche, près de la moitié des Français (47%) n’utilisent aucun de ces outils d’information médicale. En prime, 16% des Français seulement déclarent aujourd’hui échanger par e-mail ou SMS avec les professionnels de santé.

L’étude met pourtant en exergue que 87% des Français pensent qu’il serait intéressant que des applications mobiles viennent à proposer un contact facilité avec des services d’urgence. De même, 87% pensent qu’une aide à la prise en charge et au suivi de maladies spécifiques ou chroniques serait intéressante. En revanche, encore une très légère partie est prête à payer pour ces applications.

Enfin, en partant du principe que le secret médical et la confidentialité de leurs données médicales sont sécurisés, premier frein à l’utilisation de la e-santé (41% dont un jeune sur deux de moins de 24 ans), les Français se montrent en grande majorité favorables à son développement, et notamment à la transmission électronique de leurs résultats d’examen médicaux entre professionnels de santé (87%), au renouvellement d’ordonnances à distance (84%) et à la réception de leurs données médicales ou de leurs résultats d’examen sous format électronique (81%).

« Les Français croient au potentiel de l’e-santé et sont favorables à son développement : 4 Français sur 5 la jugent ainsi efficace pour améliorer la coordination entre les professionnels de santé. Toutefois, pour une mise en œuvre à grande échelle de l’e-santé, certains freins restent à lever, notamment l’inquiétude des jeunes face à la confidentialité des données », commente Mathieu Grosheny, Senior Manager Conseil Assurances de Personnes et Protection Sociale chez Deloitte.

Source : Deloitte

Telyt : service de consultation de psychologie en ligne

Une nouvelle plateforme de visioconsultation pour prendre en charge des patients en souffrance psychologique a été lancée il y a quelques jours : Telyt.fr. Présentation.

Lancée fin mars, Telyt.fr se positionne comme une plateforme de consultation de psychologie en ligne qui a pour objectif de proposer un service de visioconsultation sécurisé pour prendre en charge des patients en souffrance psychologique.

Cette plateforme s’adresse aux personnes en souffrance psychologique ne pouvant se déplacer en consultation traditionnelle : habitants de déserts médicaux, expatriés, personnes âgées…

Telyt

Fonctionnement : le patient se connecte sur la plateforme, choisit l’un des psychologues (parcours et expérience détaillés), et prend un premier rendez-vous pour évaluer la pertinence d’une telle prise en charge. Le prix des consultations varie entre 38€ et 45€ la séance.

Le concept de téléconsultation en psychologie n’est pas nouveau. « Il y a déjà pas mal de psychologues qui utilisent Skype pour assurer certaines consultations », confirme Alexis Delabaere, co-fondateur de Telyt. Outil qui pose le problème de la protection des données. Cette problématique de sécurité a été intégrée au sein de la plateforme Telyt. « Techniquement, c’est d’ailleurs la partie qui nous a pris le plus de temps. Sur Skype par exemple, les échanges passent par les serveurs de la société. Nous avons fait en sorte que les échanges entre psychologues et patients se fassent d’ordinateur à ordinateur, sans intermédiaire », indique Alexis Delabaere.

Pour accompagner les psychologues impliqués, une formation spécifique à ce type de prise en charge a été mise en place portant :

  • sur un volet technique pour bien maîtriser les outils et faire abstraction de la technologie lors des échanges avec le patient
  • sur un volet clinique en mettant en place une première consultation d’évaluation pour s’assurer de la pertinence de ce type de prise en charge pour le patient

L’objectif affiché par Alexis Delabaere et l’équipe de Telyt « est d’atteindre environ 200 consultations par mois par des utilisateurs réguliers » .

Source : Telyt

Le site web de l’AP-HP fait peau neuve

L’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) a lancé il y a quelques jours une nouvelle version de son site internet. Présentation.

Pour répondre aux besoins et attentes des usagers, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) lance une nouvelle version de son site web www.aphp.fr.

Réalisée en coopération avec des usagers, directions et instances de l’AP-HP , cette nouvelle version offre une « vision transversale » de l’offre de soins de ses 37 hôpitaux, détaillant les horaires et prix des consultations ou encore les démarches administratives à accomplir.

aphp.fr

S’appuyant sur le parcours des visiteurs du site, l’AP-HP a procédé à une refonte éditoriale, graphique, ergonomique, fonctionnelle et technique. Ce site propose notamment :

  • une cartographie des professionnels exerçant au sein de l’AP-HP (92.000 personnes)
  • des recherches par pathologie, établissement ou type de séjour
  • un accès aux jours, horaires et prix des consultations par spécialistes
  • la consultation, multi-supports (ordinateur, tablette ou smartphone), des détails des pièces administratives à fournir avant une admission
  • une version multilingue du site (uniquement anglais pour le moment)

Dans les prochaines semaines, de nouveaux services viendront compléter l’offre existante :  » le patient pourra régler ses factures, soins, consultation et médicaments en ligne« , précise Patrick Chanson, Directeur de la communication. Un service de prise de rendez-vous en ligne sera également opérationnel d’ici la fin de l’année.

Source : Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP)

 

Buzz E-santé : l’innovation est en marche…

 

Une nouvelle expérience…

 

visuel-teaser

 

… à vivre prochainement !

 

#Buzzesante

 

Le Meilleur du Digital Santé de mars 2015

Découvrez les dernières nouveautés du digital santé francophone au cours du mois de mars 2015.

meilleur200Vous pouvez également retrouver toute cette veille et plus encore sur mes différents scoop it ! :

…et tous les autres canaux :


 

Web santé

 


 

M-santé

 


 

Santé connectée

 


 

Médias sociaux

 


 

E-santé

 


 

Big Data / Open Data

 


 

Pharmacie 2.0

 


 

Etudes, enquêtes & débats

 


 

Evènements

 

Si j’ai oublié quelques nouveautés, n’hésitez pas à m’en faire part…

 

Hacking Health Camp 2015 : émergence de solutions d’avenir

Pour sa 2ème édition, le Hacking Health Camp, organisé par l’association Alsace Digitale a concentré idées et talents pour inventer le futur de la santé. Retour sur une nouvelle réussite.

HHCampSous le slogan « S’inspirer, Apprendre, Agir », le Hacking Health Camp a réuni du 19 au 22 mars près de 600 personnes pour préparer le futur de la santé.

Future of Health : exploration du futur de la santé

Les conférences de la première journée, « Future of Health », ont permis d’explorer la santé de demain et les enjeux associés en répondant à différentes interrogations sur la place du digital dans l’évolution des secteurs de la santé et l’émergence d’une médecine connectée et personnalisée.

Des personnalités de renommée internationale ont notamment échangé sur leur conception du futur de la santé lors du rendez-vous Future of Health. Pour Uwe Diegel, Président de iHealth, « la scène de la santé va radicalement changer en 2015 ». Béatrice Falise Mirat, Spécialiste des systèmes d’informations, explique quant à elle, « une fois les données de santé produites, il faut les partager. C’est une (r)évolution dans le monde médical ». Enfin Zayna Khayat, Directrice de l’accélérateur MaRS EXCITE à Toronto, a précisé que « dans l’avenir immédiat, la nanotechnologie, la robotique, l’impression 3D de parties du corps … tout cela permettra de prolonger considérablement la vie ».

Health Data Day : le Big Data au coeur des échanges

Le « Health Data Day », la deuxième journée,  était placée sous le signe du Big Data : face aux défis « politiques et économiques considérables » que vont entraîner les big data, comment se positionner ? comment s’en emparer ? comment protéger les données ?

Cette journée a mis en lumière les aspects technologiques et les questions importantes sur l’avenir du secteur de la santé. Les intervenants se sont exprimés sur les dimensions techniques, médicales et légales des données. Gilles Mazars, Directeur de l’Ingénierie de la plateforme SAMI chez Samsung Strategy et Innovation Center, a notamment précisé que « si vous n’êtes pas en mesure d’envoyer des données dans le Cloud, c’est une perte. L’objectif est de disposer de données accessibles partout. Tout peut être une donnée ! »

Autre temps fort de ces quatre jours, le Health Pitch Challenge. Onze start-ups venues de toute l’Europe, disposaient de 5 minutes chacune pour convaincre le public, composé de potentiels partenaires et investisseurs. i-Nside, le grand gagnant de la soirée, a ainsi été distingué et élu par le public présent. Premier instrument de télémédecine, i-Nside permet d’examiner à distance les tympans, le nez et la bouche. Couplé à un Smartphone, il est possible de transmettre instantanément des photographies à un médecin, lequel pourra, le plus souvent, réaliser un pré-diagnostic à distance.

Hackathon ou l’émergence des solutions d’avenir

Après ces conférences introductives pour explorer les enjeux de l’e-santé, les participants se sont lancés dans la folie du Hackathon. Solutions innovantes, prototypes audacieux, le Hacking Health Camp s’est achevé le dimanche 22 mars soir en ayant fait émerger des projets de grande qualité.

En moins de 54h, près de 300 participants ont collaboré en équipe sur 26 projets exclusifs ! Le Hackathon, point d’orgue de la manifestation, a vu émerger des rencontres, des alliances et des solutions d’une qualité exceptionnelle. Développeurs, professionnels de santé, designers et patients ont ainsi planché sur les problématiques pour élaborer des prototypes les plus innovants les uns que les autres.

Cette année, les thématiques de l’éducation thérapeutique et de l’observance se sont démarquées. Au final, 11 équipes ont été distinguées pour leur solution aussi remarquable que surprenante. Parmi elles, 4 grands vainqueurs :

  • Physio&Connect, analyse et enregistre des mouvements effectués par le patient via smartphone pour optimiser la rééducation : Meilleure solution destinée aux hôpitaux, Prix Interaction HealthCare, Prix BPiFrance
  • iPipi, assure le suivi urinaire au quotidien. N’attendez plus pour savoir : Prix Doctissimo, Prix Coup de Coeur du Jury, Prix du Public
  • DMP Mobile, se charge d’afficher les données structurées du DMP et soyons fous du DP, informations indispensables à l’urgentiste : Meilleure collaboration de Santé, Prix Samsung
  • Senometry, aide à combattre le cancer du sein par le Big Data : Meilleure Innovation, Prix BPi France

« Une fois encore, le succès du Hacking Health Camp a souligné l’importance d’allier la santé au numérique. De nouvelles perspectives prometteuses et de qualité ont émergé au cours de ces quatre journées intenses », explique Sébastien Letélié, organisateur du Hacking Health Camp. « Notre volonté était que cet évènement soit un rendez-vous majeur pour échanger et apprendre des expériences de chacun, et ainsi faire progresser le secteur médical. Aucun doute que la prochaine édition nous permettra d’entériner ces nouvelles pratiques et de renforcer les passerelles que nous établissons entre professionnels de santé et experts du numérique ».

Liste des lauréats

  • prix_01-2400x1350Meilleure solution pour les patients : Lud’Hôpital
  • Meilleure solution pour l’éducation en santé : KidMe
  • Meilleure solution clinique: DrugsSquare
  • Meilleure solution pour l’hôpital : Physio&Connect
  • Meilleure Innovation en santé : Senometry
  • Meilleure solution pour la collaboration en santé : DMP Mobile
  • Meilleure solution pour le système de santé: Palm V-DM
  • Meilleur Potentiel de réussite : FoodAlert
  • Prix iHealth: I Pill Good
  • Prix Doctissimo : iPipi
  • Prix Samsung : DMP Mobile
  • Prix Interaction Healthcare : Physio&Connect
  • Prix Sanofi : Secret Gifts of Bravery
  • Prix bpiFrance: Physio&Connect et Senometry
  • Prix Coup de coeur du Jury et Prix du public : iPipi

En savoir plus sur l’ensemble des projets

Carmelia : application pour accompagner les patients atteints de MICI

Le laboratoire AbbVie lance un nouvel outil e-santé à destination des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin et de leurs professionnels de santé : Carmelia. Découverte.

A l’occasion des JFHOD (Journées Francophones d’Hépato-gastroentérologie et d’Oncologie Digestive) qui se sont déroulées du 19 au 22 mars, le laboratoire AbbVie lance un nouvel outil e-santé : Carmelia (CARnet MEdical de LIAison) pour permettre aux patients atteints de Maladies Inflammatoires Chroniques Intestinales (MICI) de saisir les données relatives à leur état de santé et de suivre leur évolution, tout en restant connectés avec les professionnels de santé de leur choix.

Un outil spécifiquement conçu pour les patients atteints de MICI

CarmeliaLes patients atteints de MICI sont souvent demandeurs d’outils leur permettant de suivre leur état en dehors des consultations médicales. L’application gratuite Carmelia, développée avec le soutien d’un comité d’experts scientifiques et de l’Association François Aupetit, fournit au patient un outil lui permettant de participer activement au suivi de sa pathologie et à l’observance de son traitement. S’il le souhaite, le patient peut également partager ses données avec les professionnels de santé participant à sa prise en charge, en autorisant au cas par cas l’accès à ses données.

Cet outil propose plusieurs fonctionnalités destinées aux patients :

  • Journal : permet d’enregistrer très simplement les symptômes liés à sa maladie tels que fatigue, douleurs abdominales, fièvre et selles et de saisir l’impact de la maladie sur sa vie quotidienne, son sommeil et son activité sportive
  • Evolution : offre la possibilité de visualiser l’évolution de son état de santé, sous forme de graphiques basés sur les symptômes enregistrés dans la rubrique « Mon journal »
  • Agenda : programmation d’alertes et enregistrement des évènements liés à sa maladie dans la rubrique

apple store &   Android app on Google Play

Un portail web dédié aux professionnels de santé pour contribuer à un suivi au plus près des patients atteints de MICI

CarmeliaL’outil Carmelia permet de contribuer à un meilleur suivi des patients atteints de MICI, grâce à l’application mobile destinée aux patients.

Le patient a également la possibilité de partager avec le professionnel de santé de son choix (gastro-entérologue, médecin généraliste, pharmacien…) les données qu’il aura renseignées et qu’il souhaite lui communiquer, en dehors des consultations. Le professionnel devra alors créer son espace via le portail web sécurisé dédié avant de pouvoir accéder aux données partagées par le patient.

Patients et professionnels de santé peuvent également saisir des notes personnelles afin de préparer leurs échanges lors de leur prochaine consultation. Les données de santé à caractère personnel traitées dans le cadre de l’utilisation de Carmelia ont fait l’objet de formalité auprès de la CNIL.

Découverte en vidéo :

video-carmelia

Source : Abbvie

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 6 899 autres abonnés