Le Meilleur du Digital Santé de mars 2015

Découvrez les dernières nouveautés du digital santé francophone au cours du mois de mars 2015.

meilleur200Vous pouvez également retrouver toute cette veille et plus encore sur mes différents scoop it ! :

…et tous les autres canaux :


 

Web santé

 


 

M-santé

 


 

Santé connectée

 


 

Médias sociaux

 


 

E-santé

 


 

Big Data / Open Data

 


 

Pharmacie 2.0

 


 

Etudes, enquêtes & débats

 


 

Evènements

 

Si j’ai oublié quelques nouveautés, n’hésitez pas à m’en faire part…

 

Hacking Health Camp 2015 : émergence de solutions d’avenir

Pour sa 2ème édition, le Hacking Health Camp, organisé par l’association Alsace Digitale a concentré idées et talents pour inventer le futur de la santé. Retour sur une nouvelle réussite.

HHCampSous le slogan « S’inspirer, Apprendre, Agir », le Hacking Health Camp a réuni du 19 au 22 mars près de 600 personnes pour préparer le futur de la santé.

Future of Health : exploration du futur de la santé

Les conférences de la première journée, « Future of Health », ont permis d’explorer la santé de demain et les enjeux associés en répondant à différentes interrogations sur la place du digital dans l’évolution des secteurs de la santé et l’émergence d’une médecine connectée et personnalisée.

Des personnalités de renommée internationale ont notamment échangé sur leur conception du futur de la santé lors du rendez-vous Future of Health. Pour Uwe Diegel, Président de iHealth, « la scène de la santé va radicalement changer en 2015 ». Béatrice Falise Mirat, Spécialiste des systèmes d’informations, explique quant à elle, « une fois les données de santé produites, il faut les partager. C’est une (r)évolution dans le monde médical ». Enfin Zayna Khayat, Directrice de l’accélérateur MaRS EXCITE à Toronto, a précisé que « dans l’avenir immédiat, la nanotechnologie, la robotique, l’impression 3D de parties du corps … tout cela permettra de prolonger considérablement la vie ».

Health Data Day : le Big Data au coeur des échanges

Le « Health Data Day », la deuxième journée,  était placée sous le signe du Big Data : face aux défis « politiques et économiques considérables » que vont entraîner les big data, comment se positionner ? comment s’en emparer ? comment protéger les données ?

Cette journée a mis en lumière les aspects technologiques et les questions importantes sur l’avenir du secteur de la santé. Les intervenants se sont exprimés sur les dimensions techniques, médicales et légales des données. Gilles Mazars, Directeur de l’Ingénierie de la plateforme SAMI chez Samsung Strategy et Innovation Center, a notamment précisé que « si vous n’êtes pas en mesure d’envoyer des données dans le Cloud, c’est une perte. L’objectif est de disposer de données accessibles partout. Tout peut être une donnée ! »

Autre temps fort de ces quatre jours, le Health Pitch Challenge. Onze start-ups venues de toute l’Europe, disposaient de 5 minutes chacune pour convaincre le public, composé de potentiels partenaires et investisseurs. i-Nside, le grand gagnant de la soirée, a ainsi été distingué et élu par le public présent. Premier instrument de télémédecine, i-Nside permet d’examiner à distance les tympans, le nez et la bouche. Couplé à un Smartphone, il est possible de transmettre instantanément des photographies à un médecin, lequel pourra, le plus souvent, réaliser un pré-diagnostic à distance.

Hackathon ou l’émergence des solutions d’avenir

Après ces conférences introductives pour explorer les enjeux de l’e-santé, les participants se sont lancés dans la folie du Hackathon. Solutions innovantes, prototypes audacieux, le Hacking Health Camp s’est achevé le dimanche 22 mars soir en ayant fait émerger des projets de grande qualité.

En moins de 54h, près de 300 participants ont collaboré en équipe sur 26 projets exclusifs ! Le Hackathon, point d’orgue de la manifestation, a vu émerger des rencontres, des alliances et des solutions d’une qualité exceptionnelle. Développeurs, professionnels de santé, designers et patients ont ainsi planché sur les problématiques pour élaborer des prototypes les plus innovants les uns que les autres.

Cette année, les thématiques de l’éducation thérapeutique et de l’observance se sont démarquées. Au final, 11 équipes ont été distinguées pour leur solution aussi remarquable que surprenante. Parmi elles, 4 grands vainqueurs :

  • Physio&Connect, analyse et enregistre des mouvements effectués par le patient via smartphone pour optimiser la rééducation : Meilleure solution destinée aux hôpitaux, Prix Interaction HealthCare, Prix BPiFrance
  • iPipi, assure le suivi urinaire au quotidien. N’attendez plus pour savoir : Prix Doctissimo, Prix Coup de Coeur du Jury, Prix du Public
  • DMP Mobile, se charge d’afficher les données structurées du DMP et soyons fous du DP, informations indispensables à l’urgentiste : Meilleure collaboration de Santé, Prix Samsung
  • Senometry, aide à combattre le cancer du sein par le Big Data : Meilleure Innovation, Prix BPi France

« Une fois encore, le succès du Hacking Health Camp a souligné l’importance d’allier la santé au numérique. De nouvelles perspectives prometteuses et de qualité ont émergé au cours de ces quatre journées intenses », explique Sébastien Letélié, organisateur du Hacking Health Camp. « Notre volonté était que cet évènement soit un rendez-vous majeur pour échanger et apprendre des expériences de chacun, et ainsi faire progresser le secteur médical. Aucun doute que la prochaine édition nous permettra d’entériner ces nouvelles pratiques et de renforcer les passerelles que nous établissons entre professionnels de santé et experts du numérique ».

Liste des lauréats

  • prix_01-2400x1350Meilleure solution pour les patients : Lud’Hôpital
  • Meilleure solution pour l’éducation en santé : KidMe
  • Meilleure solution clinique: DrugsSquare
  • Meilleure solution pour l’hôpital : Physio&Connect
  • Meilleure Innovation en santé : Senometry
  • Meilleure solution pour la collaboration en santé : DMP Mobile
  • Meilleure solution pour le système de santé: Palm V-DM
  • Meilleur Potentiel de réussite : FoodAlert
  • Prix iHealth: I Pill Good
  • Prix Doctissimo : iPipi
  • Prix Samsung : DMP Mobile
  • Prix Interaction Healthcare : Physio&Connect
  • Prix Sanofi : Secret Gifts of Bravery
  • Prix bpiFrance: Physio&Connect et Senometry
  • Prix Coup de coeur du Jury et Prix du public : iPipi

En savoir plus sur l’ensemble des projets

MonPharmacien : dispositif pour localiser la pharmacie la plus proche

L’Agence Régionale de Santé et l’Union Régionale des Professionnels de Santé Pharmaciens Ile-de-France lancent MonPharmacien, un dispositif d’information gratuit sur la permanence des soins en pharmacie. Découverte.

Partant du constat que les Franciliens ne disposaient pas d’une information fiable sur les pharmacies accessibles, notamment la nuit, le dimanche et les jours fériés, l’Agence Régionale de Santé et l’Union Régionale des Professionnels de Santé Pharmaciens Ile-de-France ont conçu le dispositif MonPharmacien.

MonPharmacien

Ce service d’information grand public sur la permanence des soins en pharmacie se compose d’une application mobile (disponible sur iOS et sur Android) et d’un site web monpharmacien-idf.fr.

A l’aide de ce dispositif, tout Francilien peut désormais facilement identifier, par géolocalisation, la pharmacie
accessible la plus proche et calculer le meilleur itinéraire pour s’y rendre, en semaine, les dimanches et les jours fériés. Il est également possible d’effectuer une recherche par lieu et par date et/ou heure.

Lifestyle_MonPharmacien

De son côté, le pharmacien peut accéder aux tableaux de garde et d’urgence actualisés de sa zone. Pour promouvoir ce dispositif auprès des usagers, le pharmacien aura à disposition des affiches balisées, facilement reconnaissables, permettant d’indiquer sur la devanture de leur officine les pharmacies de garde les plus proches les dimanches ou jours fériés.

Pour concevoir ce dispositif d’information fiable, sécurisé et efficace, l’ARS et l’URPS Pharmaciens Ile-de-France ont travaillé en amont à l’harmonisation régionale des pratiques, en collaboration étroite avec les syndicats départementaux de pharmaciens.

apple store &   Android app on Google Play

Source : Agence Régionale de Santé Ile-de-France

Carmelia : application pour accompagner les patients atteints de MICI

Le laboratoire AbbVie lance un nouvel outil e-santé à destination des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin et de leurs professionnels de santé : Carmelia. Découverte.

A l’occasion des JFHOD (Journées Francophones d’Hépato-gastroentérologie et d’Oncologie Digestive) qui se sont déroulées du 19 au 22 mars, le laboratoire AbbVie lance un nouvel outil e-santé : Carmelia (CARnet MEdical de LIAison) pour permettre aux patients atteints de Maladies Inflammatoires Chroniques Intestinales (MICI) de saisir les données relatives à leur état de santé et de suivre leur évolution, tout en restant connectés avec les professionnels de santé de leur choix.

Un outil spécifiquement conçu pour les patients atteints de MICI

CarmeliaLes patients atteints de MICI sont souvent demandeurs d’outils leur permettant de suivre leur état en dehors des consultations médicales. L’application gratuite Carmelia, développée avec le soutien d’un comité d’experts scientifiques et de l’Association François Aupetit, fournit au patient un outil lui permettant de participer activement au suivi de sa pathologie et à l’observance de son traitement. S’il le souhaite, le patient peut également partager ses données avec les professionnels de santé participant à sa prise en charge, en autorisant au cas par cas l’accès à ses données.

Cet outil propose plusieurs fonctionnalités destinées aux patients :

  • Journal : permet d’enregistrer très simplement les symptômes liés à sa maladie tels que fatigue, douleurs abdominales, fièvre et selles et de saisir l’impact de la maladie sur sa vie quotidienne, son sommeil et son activité sportive
  • Evolution : offre la possibilité de visualiser l’évolution de son état de santé, sous forme de graphiques basés sur les symptômes enregistrés dans la rubrique « Mon journal »
  • Agenda : programmation d’alertes et enregistrement des évènements liés à sa maladie dans la rubrique

apple store &   Android app on Google Play

Un portail web dédié aux professionnels de santé pour contribuer à un suivi au plus près des patients atteints de MICI

CarmeliaL’outil Carmelia permet de contribuer à un meilleur suivi des patients atteints de MICI, grâce à l’application mobile destinée aux patients.

Le patient a également la possibilité de partager avec le professionnel de santé de son choix (gastro-entérologue, médecin généraliste, pharmacien…) les données qu’il aura renseignées et qu’il souhaite lui communiquer, en dehors des consultations. Le professionnel devra alors créer son espace via le portail web sécurisé dédié avant de pouvoir accéder aux données partagées par le patient.

Patients et professionnels de santé peuvent également saisir des notes personnelles afin de préparer leurs échanges lors de leur prochaine consultation. Les données de santé à caractère personnel traitées dans le cadre de l’utilisation de Carmelia ont fait l’objet de formalité auprès de la CNIL.

Découverte en vidéo :

video-carmelia

Source : Abbvie

Dailypso : application pour mieux comprendre et gérer son Psoriasis

Pour accompagner les patients dans la gestion au quotidien de leur psoriasis, le laboratoire Janssen lance une nouvelle version de l’application mobile DailyPso. Présentation.

DailyPsoDéveloppée en partenariat avec l’association France Psoriasis, DailyPso est une application mobile spécialement adaptée aux personnes atteintes de psoriasis. Elle se présente comme un véritable guide qui a pour objectif d’accompagner le patient en apportant des conseils utiles afin de mieux gérer son quotidien. Tous les conseils proposés sont rédigés et validés par des patients et des professionnels de santé.

Cette nouvelle version répond aux problématiques quotidiennes auxquelles le patient est confronté : hygiène de vie, gestion de l’alimentation, combat du stress… Une nouvelle rubrique dédiée à la douleur propose également une cartographie du corps humain avec une échelle d’évaluation spécifique avec la possibilité de reporter au jour le jour les évolutions de ses sensations et mieux les retransmettre à son équipe médicale.

L’application met aussi à disposition des conseils complémentaires concernant l’activité physique, et le bien-être : dressing idéal, leçon de maquillage et découverte de la psycho-socio-esthétique… autant de nouvelles pistes pour améliorer son confort au quotidien.

Principales fonctionnalités :

  • Photos : réaliser 
 un suivi en images de son psoriasis, à partager avec son médecin
  • Alarmes
 : calendrier pour aider à mieux gérer son agenda tout au long de l’année :
 création d’alertes pour les rendez-vous médicaux ou examens
  • Conseils
 pour améliorer votre qualité de vie : 
alimentation, hygiène de vie, lutte contre les démangeaisons, gestion du stress…

apple store &   Android app on Google Play

Source : Janssen

NutriDial : application mobile pour les patients sous dialyse

A l’occasion de la Journée Mondiale du Rein,  le laboratoire Sanofi a lancé une application mobile pour les patients sous dialyse : NutriDial. Découverte.

nutridial01Aujourd’hui, l’insuffisance rénale chronique touche près de 3 millions de personnes en France dont près de 41 000 personnes sont concernées par la dialyse. Chaque année, environ 10 000 patients débutent une dialyse. A ce stade de la maladie, les désordres métaboliques sont nombreux et le régime alimentaire est contraint.

Pour accompagner les patients sous dialyse au quotidien, le laboratoire Sanofi lance l’application mobile NutriDial. Cette application permet d’évaluer la teneur en phosphore, potassium et sodium des aliments consommés, d’obtenir un suivi personnalisé des objectifs de consommation quotidienne de protéines, de suivre tout au long de la journée ces paramètres,d’utiliser la rubrique « Favoris » pour les aliments consommés régulièrement et de disposer d’informations utiles à la gestion du quotidien dans la rubrique « Astuces et + ».

Elle s’adresse également aux professionnels de santé en permettant d’échanger avec les patients dialysés de façon interactive autour de la nutrition, et d’améliorer ainsi leur suivi diététique.

Nutridial est disponible dès maintenant dans Apple Store et Google Play sur IPhone, IPad, Smartphone, Tablette et PC pour les patients dialysés, les proches, et les professionnels de santé.

apple store &   Android app on Google Play

Source :  Sanofi

A la rencontre de Laurent Mignon

Régulièrement, je vous propose de partir à la rencontre d’un acteur du digital santé en France.

Aujourd’hui, partons à la rencontre de Laurent Mignon, Directeur Associé de l’agence LauMa communication.

Laurent MignonBonjour Laurent. Peux-tu te présenter brièvement ?

Bonjour Rémy. Tout d’abord merci pour cette invitation sur ton blog. Je co-dirige LauMa communication, une agence de relations aux publics. J’ai créé celle-ci, il y a déjà un peu plus de 4 ans, avec Emmanuelle Klein. LauMa a pour particularité d’avoir, depuis sa création, une forte activité en santé (70 % à 80 %) dont la moitié en e-santé.

A titre personnel, et en dehors d’être un accro des technologies médicales et de la e-santé au sens le plus large du terme (du très haut débit en santé au site Internet santé, en passant par les télémédecine, la simulation, les objets et applications mobiles de santé…), je suis Vice-Président du collège agences et prestataires de services de l’association Isidore Santé (http://isidore-sante.fr) et membre de la commission services du pôle de compétitivité Cap Digital (www.capdigital.com), où j’évalue des projets en e-santé.

Avec LauMa Communication vous accompagnez différents acteurs du monde de la santé. Quels sont aujourd’hui les acteurs les plus « digitaux » ?

Bien évidemment les start-ups puisqu’elles sont nées avec le digital, puis les entreprises du dispositif médical implantable, de l’imagerie… pour qui la e-santé fait partie de leur ADN – d’ailleurs, il est à noter que la plupart d’entre elles ne parlent pas d’e-santé, de santé connectée ni même de médecine connectée mais tout simplement de santé – puis les entreprises du médicaments qui commencent à entrevoir les possibilités du digital en santé sans toutefois en prendre tout à fait la mesure à l’exception de quelques acteurs spécifiques.

De fait, le digital en santé, ce n’est pas de la communication. Ça doit être pensé comme un produit ou service donc servir un objectif précis en lien avec l’utilisateur de ce produit ou service.

J’allais oublier, dans mon classement, les associations de patients. Regardez de près, vous verrez que nombre d’entres elles ont pris la mesure du digital en santé et que de très bonnes idées sont en train d’éclore de ce côté. Je les situerais donc entre les entreprises de technologies médicales et les laboratoires pharmaceutiques. De fait, si elles avaient les moyens de ces derniers, je pense que la France aurait rattrapé son retard en e-santé depuis longtemps.

Quel est l’impact du digital aujourd’hui dans la communication santé ?

Sur le versant communication, il faut différencier deux domaines. La communication digitale au service de produits, traitements, médicaments… et la communication du changement de comportement en santé.

Dans le premier cas, le digital est à la fois un mode d’action et un / des médias. Sur ce point de nombreux acteurs, comme dans d’autres domaines économiques, utilisent cette possibilité mais, notamment les entreprises de santé – laboratoires pharmaceutiques ou entreprises de technologies médicales, adressent encore peu les possibilités des médias sociaux digitaux.

Pour le second domaine, celui du changement de comportement en santé, les initiatives proviennent essentiellement des acteurs médicaux – professionnels de santé, sociétés savantes, établissements de santé ou institutions – et des start-ups. De fait, il s’agit de modifier des attitudes, des comportements via différents d’outils dont les outils digitaux. Il s’agit principalement de programmes d’eETP menés par des médecins sur Facebook, des plateformes d’accompagnement en santé et prévention (via des mApps et / ou des service web) : coaching en ligne, amélioration de l’observance, enrichissement de la relation médecin-patient… Et ce avec ou sans objets connectés de santé.

Observateur de l’e-santé en France depuis de nombreuses années, comment vois-tu évoluer l’e-santé dans les années à venir en France ?

A court ou moyen terme, je pense que différents phénomènes vont avoir lieu.

Tout d’abord, une réappropriation de l’e-santé par les médecins et les professionnels de santé via principalement la demande croissante des patients et usagers de santé. Cette réappropriation va, non pas créer une nouvelle relation médecin-patient – mais permettre de revenir à une relation médecin-patient fondée sur l’échange et la compréhension. En résumé, une objectivation du dialogue médecin-patient.

En parallèle, une nouvelle démocratie sanitaire devrait voir le jour. Une démocratie plus participative où la représentation des usagers et patients ne passera pas uniquement par les associations agréées mais par des moyens digitaux d’expression et de mise en forme / restitution de cette expression.

A plus long terme, et c’est là le point le plus intéressant sur les aspects économiques, nous verrons certainement une profonde recomposition du poids et du rôle des acteurs industriels. Via la digitalisation de la santé, il y aura la montée de la communication du changement de comportement en santé, et bien évidemment les GAFA pourront – s’ils le souhaitent réellement – être les nouveaux leaders de la santé mais d’autres acteurs pourraient surprendre : les entreprises de technologies médicales. Comme je l’ai indiqué, le digital est dans leur ADN mais surtout nos systèmes de santé se tournent vers une médecine plus préventive que curative donc liée à des modes de diagnostic plus prédictifs et qui dit diagnostic dit imagerie, biologie, génétique, génomique et smart & big data…

Pour aller plus loin : lauma-communication.com ; @laumacom

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 6 608 autres abonnés