Hackhaton e-santé DigitalHealthCamp : une première réussie !

L’association Alsace Digitale a organisé le premier hackathon e-santé en France du 28 au 30 mars 2014 à Strasbourg : le DigitalHealthCamp. Retour sur une première réussie.

digitalhealthcampUne première innovante en France s’est déroulée du 28 au 30 mars à Strasbourg : le premier hackathon dédiée à l’e-santé, le DigitalHealthCamp. Près de 200 personnes aux profils très différents sot venus participer à cet évènement : professionnels de santé, développeurs, designers…

Comme l’avait indiqué Sébastien Letélié, un des organisateurs de l’évènement, lors d’une précédente interview sur Buzz E-santé, « le principe consiste à réaliser des prototypes à partir de défis et en utilisant toutes les technologies possibles, ceci en un temps limité et sans s’arrêter. »

Retour sur le déroulé de ce hackathon avec Sébastien Letélié

Vendredi 17h : Arrivée des participants

10171883_605453766204515_1653914902_n200 inscrits affluent au HackingHealth@DigitalHealthCamp, le 1er Hackathon de France dédié à l’innovation en santé. Professionnels de santé, développeurs, designers, viennent parfois de loin pour vivre cette collaboration inédite.

Dès leur arrivée, l’effervescence des participants se ressent déjà : à l’enregistrement, les porteurs de défis commencent à échanger avec les participants pour exposer leur projet. Car plus tard, sur scène, ils ne disposeront que d’une minute chrono pour présenter leur pitch (la problématique de santé et la solution imaginée) à l’assemblée captive , et inciter les différentes compétences à choisir leur défi comme sujet de travail du hackathon. L’ exercice est difficile, mais un atelier d’entraînement a été mis en place avant la cérémonie d’ouverture, ce qui a permis de faire de très bons pitchs, parfois même émouvants.

Constitution des équipes

Après la présentation des 38 pitchs, tout le monde se retrouve dans le réfectoire. Là commence alors la partie la plus stratégique pour les porteurs de projets: recruter une équipe. L’enjeu est de taille : “si je constitue mon équipe, mon prototype a une chance de naître. Sinon, mon projet ne verra pas le jour ce weekend.”

Hélàs, certains ne parviennent pas à réunir une équipe ce soir là. Mais des contacts se créent et leur prouvent que néanmoins leur projet ne manque pas d’interêt, peut être dans d’autres circonstances ? …. La déception passée, ils rejoignent une autre équipe, vite emportés par l’enthousiasme ambiant.

D’autres choisissent de fusionner leurs projets, très proches au départ, pour mettre leurs compétences en commun. Et finalement, de cette étape naissent 19 équipes, soudées autour d’un projet, débordantes d’énergie créative.

Vendredi 23h : début des sessions de travail

14576_605454239537801_985191687_nLes équipes s’installent dans les salles et commencent à travailler. Les professionnels du coaching de groupe jouent un rôle fondamental dans la gestion des grandes équipes notamment celles qui ont fusionné et dans l’entente sur les objectifs et la collaboration. « Le marathon démarre vraiment à ce moment, lorsque les équipes se mettent au travail. »

Certains font déjà nuit blanche (les équipes de DoseWatch App et DoseWatch Benchmark).

Samedi matin : les coachs en action

Le samedi matin, au petit déjeuner, on se retrouve pour échanger sur les projets retenus. Les coachs commencent leur travail de fond pour aider les équipes en fonction de leurs compétences :

  • Elalami Lafkih expert en prétotyping est d’une grande aide lorsqu’il s’agit de réfléchir avec les équipes sur les usages et la finalité attendue du produit.
  • Les avocats Caroline Zorn et Pierre Desmarais interviennent de suite auprès des équipes pour lesquelles le cadre juridique impose de prendre une orientation spécifique.
  • L’équipe de designer de la Fabrique de l’hospitalité permet aux équipes d’affiner le design et de focaliser sur l’expérience utilisateur des solutions envisagées.

L’apport des coachs est fondamental à ce moment du hackathon.

Samedi après-midi : conférence et premiers scénarios

15h : une conférence inspirante avec Uwe Diegel : Président de iHealthLabs, son parcours et sa vision de la santé de demain donnent une dimension supplémentaire à l’évènement. Après cette conférence, chacun a pu se projeter à sa manière sur les possibilités de sa solution et envisager une suite ambitieuse.

17H30 : Chaque équipe présente un premier scénario de son prototype à un coach (ou un organisateur) pour leur pitch du lendemain : en 3 mn ils devront convaincre le jury que leur projet est une innovation qui répond bien à une problématique de santé. C’est bien une démonstration qui est demandée, pas une simple présentation.

Les équipes entament leur deuxième nuit de travail (cette fois-ci tout le monde veille), pour s’assurer d’avoir un prototype fonctionnel à présenter le lendemain.

Dimanche : place aux pitchs devant le jury et cérémonie de clôture

1526472_605454332871125_423624530_nLes équipes répètent leur pitch, testent leur prototype dans l’amphi et tentent de tenir un discours le plus percutant possible.

15h la cérémonie de clôture démarre. Certains tentent de gagner encore quelques minutes. La fatigue a laissé la place au stress et à l’enthousiasme : l’amphi est plein, on se tient même debout. L’ambiance est à son comble. Le DJ lance la musique qui rythmera les interventions. C’est parti.

C’est l’heure des pitchs : 3mn de démonstration et 2mn de questions, devant 11 juges .

19 présentations s’enchaînent, toutes de très grande qualité. Les spectateurs sont abasourdis par le travail réalisé en un week end et le font savoir dans leurs applaudissements, leurs ovations.

Les canadiens du mouvement Hacking Health international sont présents pour ce premier évènement sur le sol européen. Luc Sirois précise « Après avoir organisé une dizaine de Hacking Health au Canada je peux dire que la qualité des projets et des présentations sont parmi les meilleures que j’ai vu. Le potentiel est énorme en Alsace. »

Les projets retenus

Après 1h de délibération difficile les juges finissent par se mettre d’accord. 10 projets sont sélectionnés :

  • Meilleure innovation
    iJama : pyjama connecté pour analyser les troubles du sommeil
  • Meilleur potentiel de réussite
    DoseWatch App  : analyse et suivi des exposition aux rayons X d’imagerie médicale
  • Meilleure solution pour la collaboration en santé – Prix Alsace Innovation
    WizzVet, téléexpertise vétérinaire
  • Meilleure solution visant la silver économie
    Eneid : réseau social pour la personne agée dépendante et son entourage
  • Meilleure solution clinique – Prix Wellfundr
    FlashMed : gestion des risques liés à l’automédication
  • Meilleure solution pour l’éducation en santé
    NutriBird : serious game sur la nutrition destiné aux enfants
  • Meilleure solution pour le système de santé
    PréSecure : sécurisation de la prescription
  • Meilleure solution pour les patients – Prix Black Forest Accelerator
    ContAAct : carnet de liaison orthophoniste à destination des enfants autistes
  • Prix coup de cœur – Prix Alsace Digitale+ CCI Alsace
    iConsult : logiciel de pré-consultation médicale
  • Prix du public
    MedMatch : « Shazam » du médicament : reconnaitre un médicament en le prenant en photo
    NutriBird : serious game sur la nutrition destiné aux enfants

« Depuis le début de la semaine je réponds à des mails de remerciements et de félicitations. J’ai vraiment l’impression d’avoir contribué à un changement. Je suis vraiment heureux de voir le potentiel de création et d’innovation que les gens peuvent avoir quand ils travaillent ensemble dans un objectif commun » raconte Sébastien Letélié.

Il est toutefois fondamental d’accompagner les projets pour leur donner une suite et concrétiser ces innovations. Les prix d’accompagnements ont été mis en place dans ce but et nous suivrons les équipes.

La mixité des participants, l’apport des partenaires et les échanges tout au long du weekend ont permis de créer du lien et une meilleure compréhension de l’autre

La version 2015 est d’ores et déjà envisagé avec en plus d’un hackathon Hacking Health, une conférence TEDMED et un Health APIDays : une sorte d’entraînement pour consommer des données de santé.

Plus de photos sur la page Facebook Hacking Health

Source : Alsace Digitale

P-A-D : application pour le prélèvement à domicile

La société SIL-LAB Experts lance une application mobile destinée aux infirmiers dans la gestion du prélèvement à domicile : P-A-D. Découverte.

Aujourd’hui, le prélèvement (sanguin, urinaire ou autre) réalisé par les infirmiers libéraux chez le patient est un processus peu informatisé, qui nécessite de nombreuses manipulations manuelles avec les contraintes de productivité et de qualité associées. Ces prélèvements à l’extérieur du laboratoire d’analyse représentent en moyenne 25 % de l’activité d’un laboratoire avec des pics à 80 % dans certaines zones rurales.

Face à ce constat, SIL-LAB Experts, société de conseil et d’innovation en informatique,  propose un nouveau service aux infirmier(e)s : l’application P-A-D (prélèvement à domicile) permettant de gérer toutes les informations relatives au prélèvement à domicile.

Grâce à cette application, en flashant un « QR Code » l’infirmier(e) peut renseigner toutes les informations d’un patient, photographier l’ordonnance, scanner les codes-barres des tubes prélevés ou  saisir directement les analyses à réaliser.

application-PAD

Cette application se révèle un véritable atout avec la nouvelle réglementation concernant l’accréditation des laboratoires de biologie médicale qui doivent récupérer l’identité du patient, son numéro de sécurité sociale, sa date de naissance, l’identité du préleveur ,  ainsi que la date et l’heure de prélèvement.

Pour SIL-LAB Experts, "L’application P-A-D permet de récupérer ces données et l’infirmier n’a plus aucune inscription manuelle à réaliser et gagne du temps. La récupération de l’identité du préleveur ainsi que de la date et l’heure de prélèvement est transparente. dispose en plus d’un manuel de prélèvement intégré transmis par le laboratoire et toujours à jour sur les consignes de prélèvement".

Comment ça marche ?

A l’issue du prélèvement au domicile du patient, les informations récoltées (données patient et image de l’ordonnance) sont directement transmises au laboratoire au sein de son système informatique permettant au laboratoire de commencer très rapidement la vérification administrative du dossier patient alors même que le tube de prélèvement n’est pas encore arrivé.

L’ensemble des données récoltées sont stockées chez un hébergeur de données de santé agréé via un cloud connecté aux systèmes informatiques des Laboratoires de Biologie

En cas de prise de rendez-vous par le patient, via l’application, l’infirmier peut utiliser automatiquement le GPS intégré au téléphone sans avoir besoin de saisir l’adresse ou d’appeler le patient.

Témoignages en vidéo :

Source :  SIL-LAB Experts

Denise Silber nous présente Doctors 2.0 & You 2014

Le congrès Doctors 2.0™ & You dédié au digital santé se déroulera les 5 et 6 juin prochain à Paris. Présentation avec l’organisatrice Denise Silber.

denise glassBonjour Denise. Avec Basil Statégies, vous organisez les 5 et 6 juin prochain une nouvelle édition du congrès Doctors 2.0 & You. Quels seront les points forts du programme ?

Bonjour Rémy. Merci pour l’intérêt que tu portes à Doctors 2.0 & You ! Le point fort principal du programme est de réunir les "influencers" de la santé digitale de plusieurs continents à Paris, dans une approche 360°, c’est à dire par toutes les parties prenantes : professionnels et patients, établissements, industriels, institutions, …Le programme est construit autour d’informations en avant-première, des animations, et du networking. Le fil conducteur est d’apporter du concret aux participants grâce à "l’analyse des résultats de la santé digitale." Quant aux thématiques, citons les nouveaux outils et communautés en ligne pour médecins et pour patients, les applications mobiles et le quantified self, le Serious Game, le Google Glass, l’e-réputation, les campagnes sur les réseaux sociaux.

Quelles seront les grandes nouveautés de l’édition 2014 ?

1. Un challenge – Nous allons faire quelque chose qui, je pense, n’a jamais été faite en France. Nous allons réaliser un challenge de « quantified self » durant le congrès. Grâce à notre partenaire iHealthLabs Europe, tous les inscrits qui voudront participer au challenge se verront doter d’un tracker à l’entrée. Les noms des participants qui accepteront vont flasher pendant le congrès.

2. Davantage de cas pharma parmi les interventions. La pharma et : le quantified self, les communautés de patients, l’hôpital digital, la formation continue par le Serious Game, et encore.

3. Des nouveautés en plus : Des intervenants devenus « auteurs » vont signer leur livre sur place. Un étudiant en médecine qui a candidaté auprès de Stanford et Doctors 2.0 pour une bourse de voyage, va faire un reportage de Paris et de Palo Alto. Un patient passionné par la vidéo va tourner une douzaine d’interviews sur place. Les concours des start-up et de posters nous apportent des plus exceptionnels.

Peux-tu nous rappeler comment participer à cet évènement incontournable du digital santé ?

Les participants peuvent s’inscrire en ligne et choisir de régler par carte (une économie de 100 EHT) ou par facture. Dans notre nouvelle version du site http://www.doctors20.fr lancée il y a quelques jours, l’inscription est mise en avant sur l’accueil. Les organisations ayant 4 participants et plus sont invitées à nous contacter directement, car ils auront droit à une remise.

Observatrice du digital santé en France depuis de nombreuses années, comment vois-tu évoluer le digital santé dans les années à venir en France ?

Notre ami et intervenant, le Dr. Jacques Lucas du Cnom dit qu’il est "difficile de prédire l’avenir, surtout lorsqu’il s’agit du futur" ;-). Rappelons néanmoins que les Français ont pris le pli du digital et qu’ils ont envie de services « santé » comme le conseil d’un professionnel en ligne, la prise de rendez-vous en ligne, la communication digitale avec leur professionnel de santé, des applications adaptées à leur situation, le contact avec d’autres patients …. L’engouement pour les trackers en tous genres va accélérer leur usage dans la santé et la médecine. Les professionnels ont des attentes d’outils pratiques et se prêtent à des challenges. L’adoption du mobile favorise l’expansion des objets connectés. Au total, c’est un univers qui va poursuivre son expansion, même si la France reste un pays assez stricte au niveau des contraintes juridiques et réglementaires.

Doctors20_500px

Le meilleur du digital santé – Mars 2014

Découvrez les dernières nouveautés du digital santé francophone au cours du mois de mars 2014.

meilleur200Nouveaux sites, blogs, contenus et campagnes web

M-santé

Santé connectée

Médias sociaux

E-santé

Club Digital Santé (#hcsmeufr)

Etudes, enquêtes & débats

Evènements

Insolites

Si j’ai oublié quelques nouveautés, n’hésitez pas à m’en faire part…

Campagne digitale autour de l’arthrose par Expanscience

Les Laboratoires Expanscience lancent une campagne digitale pour faire connaitre les solutions non pharmacologiques de lutte contre l’arthrose. Présentation.

Pour promouvoir le site Arthrolink.com, que je vous avez présenté il y a quelques mois, les Laboratoires Expanscience, spécialistes de l’arthrose depuis plus de vingt ans, ont lancé un film préventif et décalé destiné aux arthrosiques et leur entourage.

Une séance de sport en plein air, menée par un coach pour des patients arthrosiques, rien de plus banal. Sauf que cette séance n’est pas une séance comme les autres …

Ce film a pour objectif de promouvoir la mobilité et la pratique d’exercices chez les arthrosiques, aussi bien pour prévenir la maladie que pour la soigner. A travers ce spot, les Laboratoires Expanscience souhaitent montrer que l’arthrose n’est pas une fatalité, en rappelant aux professionnels de santé et aux patients que l’on peut lutter contre l’arthrose par des moyens non pharmacologiques.

Pour rappel, le site Arthrolink constitue une véritable base de données consacrée à l’arthrose, perpétuellement enrichi de conseils et de services, qui favorise le dialogue avec les médecins mais aussi entre patients, notamment grâce aux réseaux sociaux.

Source : Laboratoires Expanscience

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 3  682 followers