TESSI : application mobile pour le Traitement Et Suivi de Santé Individualisés

Le laboratoire Arrow Génériques lance une application mobile pour le suivi de données de santé et de bien-être : TESSI. Découverte.

AppliTessiPour permettre de suivre au quotidien ses données bien-être tels que activité physique, plan diététique ou sommeil mais également ses données de santé (cholestérol, diabète, ou suivi de la grossesse), le laboratoire Arrow Génériques lance l’application mobile TESSI : Traitement Et Suivi de Santé Individualisés.

Cette application permet de se fixer des objectifs, d’évaluer ses risques et de suivre ses performances au quotidien. Elle met à disposition un tableau de bord permettant de colliger en un seul endroit les données générées par différents objets connectés. Il s’agit de la première application qui relie un patient avec son professionnel de santé. En effet, via un tableau de bord partagé, le pharmacien ou professionnel de santé peut accéder aux données de santé de ses patients collectées dans l’application.

L’application propose plusieurs types de données autour de différentes thématiques :

  • Suivi de poids : poids, masse grasse, tour de taille, indice de masse corporelle (IMC) et rapport taille-hauteur à partir de l’entrée manuelle de données ou l’entrée automatique par des appareils de santé connectée tels que les balances A&D Medical, Fitbit, iHealth, Medisana, Withings et Wahoo Fitness.
  • Suivi de la pression artérielle : pression Systolique et Diastolique, Pouls au repos et Pression artérielle moyenne (PAM) à partir de l’entrée manuelle de données ou par des appareils de santé connectée tels que les tensiomètres A & D Medical, iHealth, Medisana et Withings.
  • Suivi du nombre de pas quotidien à partir de la saisie manuelle ou à partir des Trackeurs de santé connectée comme BodyMedia, Fitbit et Jawbone.
  • Suivi de l’activité physique : cardio et musculation, à partir de données entrées manuellement ou importées par RunKeeper ou Moves.
  • Suivi de cholestérol LDL par la saisie manuelle de vos résultats d’analyse biologique dans l’application.
  • Suivi de la glycémie : diabètes de type 1 et type 2. Ce module propose le suivi de la glycémie et de l’hémoglobine glyquée par la saisie manuelle des résultats des tests ou par lecteurs de glycémie connectés dans l’application.
  • Programme nutritionnel personnalisé définissant un nombre de calories journalières et par repas, en fonction du profil renseigné en amont.
  • L’évaluation des risques pour la santé : informe l’utilisateur de ces risques, des valeurs cibles et de sa propre situation sous forme de tableaux tels que les risques d’incidents cardiovasculaires, les risques de diabète de type 2 et de syndrome métabolique.
  • Votre Coach Santé : envoie de messages personnalisés en temps réel pour permettre à l’utilisateur d’améliorer ses pratiques en matière de prévention des risques. L’application génère des rappels pour ne pas oublier de se peser, de prendre sa tension artérielle, son rendez-vous chez le médecin traitant ou chez un spécialiste.
  • Edition d’un rapport de données : rapport synthétique en PDF, qui peut être consulté, imprimé ou partagé avec ses professionnels de santé par e-mail ou SMS.
  • Note texte, audio, photo et journal de bord : prise de note, des enregistrements audio ou de télécharger des photos que vous souhaitez partager avec les professionnels de santé qui vous suivent.

L’application TESSI Patient est compatible avec une grande variété d’appareils de santé connectée (références compatibles disponibles dans la rubrique « santé connectée »). On peut lier l’ensemble de ces objets connectés à l’application et synchroniser ses données en temps réel. L’application fonctionne avec divers trackers d’activités, pèse-personnes, tensiomètres, moniteurs de fréquence cardiaque, glucomètres, oxymètres et thermomètres.

apple store &   Android app on Google Play

Source : Arrow Génériques

 

Regards croisés sur l’e-santé : Denise Silber et Rémy Teston

Doctors 2.0 & You est le rendez-vous annuel pour faire le point sur la santé digitale. Selon Rémy Teston, auteur de Buzz E-santé et manager digital pharma, un congrès comme Doctors 2.0 & You permet d’avoir un panorama des principales tendances avec l’intervention d’experts internationaux sur les différents domaines de l’e-santé, et de transposer ces apprentissages à notre contexte.

RT-DSDenise Silber, fondatrice du congrès et Rémy Teston, en accord sur les grands constats, vous présentent leurs quatre conclusions clé.

 1. Augmentation du niveau de connaissances concernant les nouvelles technologies, sous l’effet de l’abondance d’informations.

  • Les grands acteurs web 2.0, tels Facebook, Twitter, Google et les acteurs du hardware comme Apple, IBM, Microsoft ou Samsung investissent de plus en plus dans le domaine de la santé.
    • A titre d’exemple, Google travaille sur de nombreux projets ayant attraits à la santé : le génome humain, la téléconsultation, partenariat avec des institutions comme la Mayo Clinic pour fournir des informations de qualité…
  • Des avancées technologiques comme  celle de la voiture autonome ou la robotique marquent les esprits.
  • La French Tech et ses nouvelles start up qui commencent à faire parler d’elles sur le plan international contribuent aussi à l’intérêt croissant pour ce secteur
  • L’organisation d’évènements collaboratifs comme les « hackathon » permettent d’impliquer tous les acteurs.

2. Omniprésence des objets connectés dans l’actualité technologique, et dans la Santé. 

  • La médiatisation de plus en plus forte d’évènement comme le CES de Las Vegas contribue à placer les objets connectés comme la tendance forte du monde technologique d’aujourd’hui et notamment de l’e-santé.
  • On observe une multiplication des acteurs sur ce marché des objets connectés santé : des spécialistes (Withings, iHealth, fitbit…), des big techs (Google, Apple, Microsoft, Samsung, Intel…), des industriels (Philips, Toshiba, Terraillon…), des laboratoires pharmaceutiques (Sanofi, Mercj Serono, Abbott…) et bien d’autres encore
  • Google Glass est amené à se développer dans la Santé même si sa carrière grand public est mise en doute depuis quelques semaines. A l’intérêt des chirurgiens pour Google Glass, s’ajoute celui du dossier médical visible sur Google Glass, lors d’une consultation, et bien d’autres à venir.
  • Les objets connectés mettent en lumière l’importance du Big Data, et la problématique de la gestion des données et de leurs utilisations par le corps médical

3. Ne pas confondre l’actualité de la santé digitale et la réalité des usages. 

  • La santé digitale aide les patients et proches au quotidien à travers les communautés en ligne et même les très nombreux sites d’information.
  • Le dossier médical en ligne reste un sujet de préoccupation. Son intérêt est réel mais les Français n’en ont toujours pas.
  • Quant aux applications mobiles, elles sont de plus en plus nombreuses, mais très inégales.
    • Dans le domaine de la dépression et la douleur, des applications nouvelles apportent une  approche digitale complémentaire du médicament.
    • L’industrie pharma a multiplié le nombre de nouvelles applications proposées.  Mais toutes ne bénéficient pas du soutien nécessaire ou ne répondent pas à un besoin réel. A cela s’ajoute le peu d’investissement budgétaire dans la promotion des intiatives et les mises à jour dans la durée.
    • Aujourd’hui, les médecins ne les prescrivent que rarement (17% selon le dernier baromètre Vidal/ CNOM parut en février)
    • Besoin d’avoir un label ou une plateforme d’évaluation soutenue par les autorités de santé pour permettre aux professionnels de santé et aux patients de s’y retrouver. La plateforme DMD Santé va dans ce sens.

4. Nouvel écosystème avec une convergence de tous les acteurs.

  • On observe de nouvelles collaborations entre différents acteurs : l’industrie pharmaceutique, les assureurs, et les sociétés de technologie, autour de la prévention, le parcours de soin, l’amélioration de l’observance, l’articulation entre l’ambulatoire et le médico-social.
  • De nouveaux fonds d’investissement, de nouveaux accélérateurs s’installent en Europe.
    • En revanche, la vraie transformation digitale des grandes industries, dans un souci de satisfaction client,  n’est pas encore bien tracée.

De tout ceci, il est plus que jamais nécessaire de faire le point, une fois par an, en prenant un bain intense, 360°.

« Innovative, Insightful, Inspiring », Doctors 2.0 & You nous tend les bras…

 

Le meilleur du digital santé de février 2015

Découvrez les dernières nouveautés du digital santé francophone au cours du mois de février 2015.

meilleur200Vous pouvez également retrouver toute cette veille et plus encore sur mes différents scoop it ! :

…et tous les autres canaux :


 

Nouveaux sites, blogs, contenus et campagnes web

 


 

M-santé

 


 

Santé connectée

 


 

Médias sociaux

 


 

E-santé

 


 

Big Data / Open Data

 


 

Pharmacie 2.0

 


 

Etudes, enquêtes & débats

 


 

Evènements

 

Si j’ai oublié quelques nouveautés, n’hésitez pas à m’en faire part…

 

Infographie : à la découverte des aidants familiaux

Vivre En Aidant, site web proposé par La Banque Postale, propose une infographie pour décrypter les aidants familiaux. Présentation.

Le vieillissement, le handicap et la maladie,  sont de véritables enjeux de société. Le grand âge, une maladie invalidante ou un handicap s’accompagnent d’une perte progressive ou brutale d’autonomie. Au-delà des professionnels (auxiliaires de vie, infirmières et professionnels du service à la personne), la famille, les proches et les amis sont fortement mis à contribution pour la prise en charge de cette perte d’autonomie.

Pour accompagner les aidants, la Banque Postale a lancé le site web Vivre en Aidant qui se veut être le partenaire au quotidien des aidants familiaux.

Décryptage en infographie des aidants familiaux :

Infographie Aidant familial, Aide à la personne_Vivre En Aidant

Source : Vivre en Aidant

Doctor pocket : application pour la relation médecin-patient

Une nouvelle application mobile pour faciliter la relation médecin-patient a été lancée il y a quelques semaines : Doctor Pocket. Découverte.

DoctorpocketLauréate du concours Doc eServices des laboratoires Abbott, qui promeut l’innovation au sein du corps médical, l’application mobile Doctor Pocket a été conçue par un informaticien et un médecin généraliste toulousain, le Dr David Bilfeld.

Disponible gratuitement, cette application relie le médecin à ses patients en mettant à disposition de l’utilisateur des renseignements pratiques sur les horaires du cabinet et autorise la prise de rendez-vous en ligne, via son smartphone.

Pour compléter les informations le concernant, le professionnel de santé doit entré son numéro RPPS, son numéro de CPS et son email. De son côté, la patient rempli un formulaire d’inscription avec ses coordonnées, son numéro de portable et son email.

Un système d’alert push permet au médecin :

  • d’informer tous ses patients concernant l’actualité de son cabinet, par exemple une fermeture exceptionnelle ou autre
  • d’entrer en contact directement avec un patient particulier en cas de mauvais résultats d’analyse

Un carnet de vaccination à partager avec son patient. est également mis à disposition. D’autres fonctionnalités vviendront prochainement compléter l’application comme un service de remplacement entre médecins.

apple store &   Android app on Google Play

Découverte en vidéo :

Source : Doctor Pocket

 

Vaincre la Mucoviscidose lance une nouvelle version de son site web

L’association Vaincre la Mucoviscidose lance une nouvelle version de son site web pour mieux répondre aux besoins de ses différents publics. Présentation.

Pour mieux connaitre la mucoviscidose, mieux comprendre le quotidien des malades, être informés des dernières avancées en termes de recherche ou même participer à la grande mobilisation contre cette maladie, l’association Vaincre la Mucoviscidose lance une nouvelle version du site vaincrelamuco.org.

Cette nouvelle version a pour objectif d’apporter à chacun toutes les réponses au travers de vidéos, témoignages, interviews et questions/réponses, accessibles en un clic pour informer, sensibiliser et répondre aux interrogations des internautes.

vaincremuco.org

Vitrine de l’association, le site internet reçoit chaque année près de 300 000 visiteurs qui consultent environ un million de pages. A l’occasion des 50 ans de l’association, Vaincre la Mucoviscidose a souhaité développer un nouveau site plus dynamique répondant davantage aux attentes des patients, des familles, des soignants et chercheurs, des bénévoles mais aussi de tous ceux qui cherchent des informations sur la mucoviscidose, sur l’association et ses 4 grandes missions (guérir, soigner, améliorer la qualité de vie et informer) ou encore sur la mobilisation.

La page d’accueil, véritable porte d’entrée de l’association, permet à chacun de trouver au premier coup d’oeil, l’information qu’il souhaite. Grâce à différents espaces dédiés (patients, soignants..), l’internaute a accès à des contenus variés et informatifs qui apportent des réponses pertinentes même aux questions les plus précises.

Par ailleurs, des pages de mobilisation encouragent ceux qui le souhaitent à participer activement à la vie de l’association en faisant un don directement en ligne, en relevant un défi, en devenant adhérent, en s’engageant bénévolement et en prenant part aux différentes manifestations locales qui sont annoncées dans les pages « près de chez vous ».

Ce nouveau site, qui s’inscrit dans la volonté de l’association de continuer le combat et la mobilisation, permet aussi aux donateurs et au grand public de prendre connaissance des actualités de l’association, des projets de recherche et d’amélioration des soins financés, des avancées obtenues et des positions que Vaincre la Mucoviscidose défend auprès des pouvoirs publics dans l’intérêt des patients.

Source : Vaincre la Mucoviscidose 

Enquête : les Français et l’achat de produits de santé sur Internet

Le portail de vente en ligne de produits de santé 1001Pharmacies.com a lancé avec Harris Interactive une grande enquête nationale sur les Français et l’achat de produits de santé sur Internet. Découverte.

1001pharmaciesQue pensent les Français des achats sur Internet de médicaments sans ordonnance ? Savent-ils qu’ils peuvent effectuer leurs achats en ligne ? Sont-ils prêts à le faire ? Pour répondre à ces questions, 1001Pharmacies.com, premier portail français de vente en ligne de produits de santé, a voulu apporter des réponses concrètes en effectuant une grande enquête* afin de mieux connaître les pratiques des Français en termes de fréquentation des pharmacies, d’automédication et d’usage d’Internet à des fins médicales.

Des pharmacies peu fréquentées ?

Seulement 38% des Français fréquentent de façon régulière les pharmacies pour acheter leurs médicaments. 62% de Français ne se rendent dans une pharmacie que quelques fois par an voire même jamais.

frequentation-pharmacies

Les Français rois de l’automédication

Les Français deviennent de plus en plus autonomes sur la gestion de leur santé : 93% d’entre eux déclarent réutiliser les médicaments se trouvant déjà dans leurs placards et 84% se passent d’un avis médical et achètent eux-mêmes leurs médicaments sans aucune prescription.

Gain de temps, praticité, économies font partie des principales raisons évoquées. Ceci explique peut-être que les femmes, les CSP- et les plus jeunes indiquent recourir plus fréquemment à l’automédication.

automedication

La vente de médicaments sur Internet peu connue des Français

Les Français ont une connaissance très relative de la législation encadrant le commerce de produits de santé sur Internet.  En effet, 38% ne savent pas que la vente de médicaments sur Internet est devenue légale depuis 2013. Dans l’ensemble, les Français associent la vente de médicaments sur Internet à une pratique dangereuse, synonyme d’arnaque et de contrefaçon et revendiquent un strict encadrement de cette pratique.

vente-pharma-online

44% des Français prêts à acheter des médicaments sur Internet

Dans l’ensemble, les Français sont plutôt favorables à l’achat de médicaments sans ordonnance sur Internet.

vente-pharma-online2

La principale raison évoquée par les personnes réticentes à l’idée d’acheter des médicaments en ligne est le manque de confiance sur la qualité et la provenance du produit, pour 65%.

Pour les personnes se disant intéressées par l’achat de médicaments sur Internet, les motivations des consommateurs sont les mêmes que pour toutes les autres catégories de produits sur Internet : une diminution du coût, un gain de temps et une plus grande facilité d’accès.

Pour Cédric O’Neill, Pharmacien et co-fondateur de 1001Pharmacies.com, « la consommation des médicaments libres d’accès se démocratise… Qui ne consomme pas spontanément de l’aspirine pour des maux de tête ou du doliprane pour des douleurs quelconques ? De ce fait, comme pour tous les produits vendus sur Internet, les premiers consommateurs sont réticents par peur de la qualité du produit. Puis, une fois la confiance établie, Internet devient un canal de choix pour certains d’entre eux. La problématique de ce marché reste bien sûr qu’il traite de médicaments, qui ne sont pas des produits anodins. Mais si la traçabilité des produits est rigoureusement suivie par les pharmaciens responsables, ce canal est destiné à prendre de l’importance. C’est pourquoi nous devons tout faire en France pour faciliter le déploiement de sites Internet Français leaders, faute de quoi, ce seront les sites étrangers qui s’imposeront progressivement auprès des consommateurs français.  »

Un danger : les sites étrangers non réglementés

Heureusement, les Français se montrent méfiants à l’égard des sites Internet étrangers commercialisant des médicaments, et sont favorables à la mise en place de moyens permettant de les concurrencer. En effet, en France, il est possible d’acheter des médicaments sans ordonnance à partir de sites Internet étrangers. D’ailleurs de nombreux français achètent déjà leurs médicaments sur ces pharmacies en ligne étrangères. Sur ce constat, 84% des Français pensent que l’achat en ligne de médicaments sur des sites étrangers serait moins important si les sites français étaient plus connus des consommateurs français.

« Le meilleur moyen pour concurrencer ces sites étrangers est d’encourager le développement de sites Internet français légaux, qui soient connus des consommateurs. Ainsi, le regroupement de plusieurs pharmacies françaises sur un même site mutualisé serait la meilleure solution pour combattre ces sites étrangers, comme le pensent 85 % des consommateurs » selon Sabine Safi, co-fondatrice de 1001Pharmacies.com.

*Méthodologie : Enquête réalisée sur Internet par Harris Interactive Inc. du 3 au 5 février 2015, auprès d’un échantillon de 1040 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région des personnes interviewées.

Source : 1001Pharmacies.com

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 6 210 autres abonnés