Stallergenes lance une campagne de sensibilisation sur l’allergie aux pollens

Le laboratoire Stallergenes lance une nouvelle campagne de sensibilisation aux allergies aux pollens « Pourquoi faire des compromis ? ». Présentation.

En partenariat avec l’association Asthme et Allergies, le laboratoire Stallergenes lance la campagne  « Pourquoi faire des compromis ? » pour sensibiliser, informer le grand public mais aussi encourager les personnes allergiques à mieux prendre en charge leur allergie, une pathologie souvent sous-estimée et sous-diagnostiquée.

Pour soutenir cette campagne, le site web jesuisallergique.fr , que je vous avais présenté en octobre dernier, permet aux personnes allergiques d’accéder à des informations pédagogiques et personnalisées sur leur maladie. Par l’intermédiaire de questionnaires en ligne, les patients reçoivent des conseils sur mesure qui vont les aider à mieux évaluer non seulement la sévérité de leur allergie, mais aussi son impact sur leur vie quotidienne, afin qu’ils puissent mieux prendre en charge leur maladie.

allergie-stallergenes

Cette campagne se décline par la poursuite de la web série initiée l’année dernière avec une nouvelle vidéo. L’objectif-clé de cette campagne est d’inviter les personnes souffrant d’allergies aux pollens à consulter un allergologue pour se faire diagnostiquer. En soulignant avec humour l’absurdité d’un « pique-nique dans le salon »,
Stallergenes souhaite faire prendre conscience à un grand nombre de personnes allergiques que, grâce aux traitements adaptés qui existent, elles ont la possibilité de profiter pleinement des plaisirs les plus simples de la vie, sans devoir faire de concession.

Source : Stallergenes

 

Hackhaton e-santé DigitalHealthCamp : une première réussie !

L’association Alsace Digitale a organisé le premier hackathon e-santé en France du 28 au 30 mars 2014 à Strasbourg : le DigitalHealthCamp. Retour sur une première réussie.

digitalhealthcampUne première innovante en France s’est déroulée du 28 au 30 mars à Strasbourg : le premier hackathon dédiée à l’e-santé, le DigitalHealthCamp. Près de 200 personnes aux profils très différents sot venus participer à cet évènement : professionnels de santé, développeurs, designers…

Comme l’avait indiqué Sébastien Letélié, un des organisateurs de l’évènement, lors d’une précédente interview sur Buzz E-santé, « le principe consiste à réaliser des prototypes à partir de défis et en utilisant toutes les technologies possibles, ceci en un temps limité et sans s’arrêter. »

Retour sur le déroulé de ce hackathon avec Sébastien Letélié

Vendredi 17h : Arrivée des participants

10171883_605453766204515_1653914902_n200 inscrits affluent au HackingHealth@DigitalHealthCamp, le 1er Hackathon de France dédié à l’innovation en santé. Professionnels de santé, développeurs, designers, viennent parfois de loin pour vivre cette collaboration inédite.

Dès leur arrivée, l’effervescence des participants se ressent déjà : à l’enregistrement, les porteurs de défis commencent à échanger avec les participants pour exposer leur projet. Car plus tard, sur scène, ils ne disposeront que d’une minute chrono pour présenter leur pitch (la problématique de santé et la solution imaginée) à l’assemblée captive , et inciter les différentes compétences à choisir leur défi comme sujet de travail du hackathon. L’ exercice est difficile, mais un atelier d’entraînement a été mis en place avant la cérémonie d’ouverture, ce qui a permis de faire de très bons pitchs, parfois même émouvants.

Constitution des équipes

Après la présentation des 38 pitchs, tout le monde se retrouve dans le réfectoire. Là commence alors la partie la plus stratégique pour les porteurs de projets: recruter une équipe. L’enjeu est de taille : “si je constitue mon équipe, mon prototype a une chance de naître. Sinon, mon projet ne verra pas le jour ce weekend.”

Hélàs, certains ne parviennent pas à réunir une équipe ce soir là. Mais des contacts se créent et leur prouvent que néanmoins leur projet ne manque pas d’interêt, peut être dans d’autres circonstances ? …. La déception passée, ils rejoignent une autre équipe, vite emportés par l’enthousiasme ambiant.

D’autres choisissent de fusionner leurs projets, très proches au départ, pour mettre leurs compétences en commun. Et finalement, de cette étape naissent 19 équipes, soudées autour d’un projet, débordantes d’énergie créative.

Vendredi 23h : début des sessions de travail

14576_605454239537801_985191687_nLes équipes s’installent dans les salles et commencent à travailler. Les professionnels du coaching de groupe jouent un rôle fondamental dans la gestion des grandes équipes notamment celles qui ont fusionné et dans l’entente sur les objectifs et la collaboration. « Le marathon démarre vraiment à ce moment, lorsque les équipes se mettent au travail. »

Certains font déjà nuit blanche (les équipes de DoseWatch App et DoseWatch Benchmark).

Samedi matin : les coachs en action

Le samedi matin, au petit déjeuner, on se retrouve pour échanger sur les projets retenus. Les coachs commencent leur travail de fond pour aider les équipes en fonction de leurs compétences :

  • Elalami Lafkih expert en prétotyping est d’une grande aide lorsqu’il s’agit de réfléchir avec les équipes sur les usages et la finalité attendue du produit.
  • Les avocats Caroline Zorn et Pierre Desmarais interviennent de suite auprès des équipes pour lesquelles le cadre juridique impose de prendre une orientation spécifique.
  • L’équipe de designer de la Fabrique de l’hospitalité permet aux équipes d’affiner le design et de focaliser sur l’expérience utilisateur des solutions envisagées.

L’apport des coachs est fondamental à ce moment du hackathon.

Samedi après-midi : conférence et premiers scénarios

15h : une conférence inspirante avec Uwe Diegel : Président de iHealthLabs, son parcours et sa vision de la santé de demain donnent une dimension supplémentaire à l’évènement. Après cette conférence, chacun a pu se projeter à sa manière sur les possibilités de sa solution et envisager une suite ambitieuse.

17H30 : Chaque équipe présente un premier scénario de son prototype à un coach (ou un organisateur) pour leur pitch du lendemain : en 3 mn ils devront convaincre le jury que leur projet est une innovation qui répond bien à une problématique de santé. C’est bien une démonstration qui est demandée, pas une simple présentation.

Les équipes entament leur deuxième nuit de travail (cette fois-ci tout le monde veille), pour s’assurer d’avoir un prototype fonctionnel à présenter le lendemain.

Dimanche : place aux pitchs devant le jury et cérémonie de clôture

1526472_605454332871125_423624530_nLes équipes répètent leur pitch, testent leur prototype dans l’amphi et tentent de tenir un discours le plus percutant possible.

15h la cérémonie de clôture démarre. Certains tentent de gagner encore quelques minutes. La fatigue a laissé la place au stress et à l’enthousiasme : l’amphi est plein, on se tient même debout. L’ambiance est à son comble. Le DJ lance la musique qui rythmera les interventions. C’est parti.

C’est l’heure des pitchs : 3mn de démonstration et 2mn de questions, devant 11 juges .

19 présentations s’enchaînent, toutes de très grande qualité. Les spectateurs sont abasourdis par le travail réalisé en un week end et le font savoir dans leurs applaudissements, leurs ovations.

Les canadiens du mouvement Hacking Health international sont présents pour ce premier évènement sur le sol européen. Luc Sirois précise « Après avoir organisé une dizaine de Hacking Health au Canada je peux dire que la qualité des projets et des présentations sont parmi les meilleures que j’ai vu. Le potentiel est énorme en Alsace. »

Les projets retenus

Après 1h de délibération difficile les juges finissent par se mettre d’accord. 10 projets sont sélectionnés :

  • Meilleure innovation
    iJama : pyjama connecté pour analyser les troubles du sommeil
  • Meilleur potentiel de réussite
    DoseWatch App  : analyse et suivi des exposition aux rayons X d’imagerie médicale
  • Meilleure solution pour la collaboration en santé – Prix Alsace Innovation
    WizzVet, téléexpertise vétérinaire
  • Meilleure solution visant la silver économie
    Eneid : réseau social pour la personne agée dépendante et son entourage
  • Meilleure solution clinique – Prix Wellfundr
    FlashMed : gestion des risques liés à l’automédication
  • Meilleure solution pour l’éducation en santé
    NutriBird : serious game sur la nutrition destiné aux enfants
  • Meilleure solution pour le système de santé
    PréSecure : sécurisation de la prescription
  • Meilleure solution pour les patients – Prix Black Forest Accelerator
    ContAAct : carnet de liaison orthophoniste à destination des enfants autistes
  • Prix coup de cœur – Prix Alsace Digitale+ CCI Alsace
    iConsult : logiciel de pré-consultation médicale
  • Prix du public
    MedMatch : « Shazam » du médicament : reconnaitre un médicament en le prenant en photo
    NutriBird : serious game sur la nutrition destiné aux enfants

« Depuis le début de la semaine je réponds à des mails de remerciements et de félicitations. J’ai vraiment l’impression d’avoir contribué à un changement. Je suis vraiment heureux de voir le potentiel de création et d’innovation que les gens peuvent avoir quand ils travaillent ensemble dans un objectif commun » raconte Sébastien Letélié.

Il est toutefois fondamental d’accompagner les projets pour leur donner une suite et concrétiser ces innovations. Les prix d’accompagnements ont été mis en place dans ce but et nous suivrons les équipes.

La mixité des participants, l’apport des partenaires et les échanges tout au long du weekend ont permis de créer du lien et une meilleure compréhension de l’autre

La version 2015 est d’ores et déjà envisagé avec en plus d’un hackathon Hacking Health, une conférence TEDMED et un Health APIDays : une sorte d’entraînement pour consommer des données de santé.

Plus de photos sur la page Facebook Hacking Health

Source : Alsace Digitale

Genzyme lance un site web sur la maladie de Gaucher

Le laboratoire Genzyme, filiale du groupe Sanofi, lance un site web dédié à la maladie de Gaucher : gaucherfrance.fr. Découverte.

Maladie rare, La maladie de Gaucher est une maladie rare de surcharge lysosomale qui touche aussi bien les femmes, les hommes et les enfants et qui concerne environ 1 personne sur 60 000 en France (données issues du Registre National de la Maladie de Gaucher).

Pour accompagner les patients atteints de la maladie de Gaucher et leurs proches dans la gestion de cette pathologie, le laboratoire Genzyme, filiale du groupe Sanofi, lance le site web gaucherfrance.fr.

maladie-gaucher

Ce site propose à travers un contenu clair et didactique de nombreuses informations sur l’ensemble des aspects de cette maladie autour de 5 rubriques : « Ma maladie », « Ma prise en charge », « Mon quotidien », « Mes projets » et « Mon enfant ».

Au-delà de l’information sur la maladie, ce site met à disposition de nombreux liens utiles administratifs et associatifs pour faciliter la vie quotidienne des patients.

La maladie de Gaucher en infographie

infographie_gaucher

Source : Genzyme

L’AMFE lance la campagne "La Minute Blonde pour l’Alerte Jaune"

L’Association Maladies Foie Enfants (AMFE) lance la campagne « La Minute Blonde pour l’Alerte Jaune » pour sensibiliser au dépistage précoce des maladies du foie dans le suivi des nouveau-nés.

Menée sous le Haut Patronage du Ministère de la Santé et sous l’égide de la Société Française de Pédiatrie, la campagne « L’Alerte Jaune » de l’AMFE a pour objectif d’informer et de sensibiliser le grand public sur le dépistage des maladies du foie et plus spécifiquement du dépistage de la cholestase néonatale.

L’AMFE diffusera à cette occasion une carte colorimétrique des selles auprès du corps médical et du grand public.

bandeau-amfe

La Minute blonde pour l’Alerte Jaune !

Pour sensibiliser au dépistage des maladies du foie des nouveaux-nés, l’AMFE a lancé il y a quelques jours  une campagne nationale d’information "La Minute Blonde pour l’Alerte Jaune". Sur un ton décalé, cette campagne s’adresse aux mamans et aux professionnels de santé pour alerter sur les risques de cholestase néonatale et sur l’importance du dépistage avant 30 jours.

Un spot réalisé avec l’actrice Frédérique Bel, marraine de l’AMFE, Marc Gibaja, l’auteur de la Minute Blonde, ainsi que l’équipe de "La minute Blonde" met en scène l’actrice examinant les selles de son bébé et expliquant comment surveiller la couleur de celles-ci. Un message simple à retenir pour sauver des vies : « Surveillez la couleur des selles de votre bébé. Couleur vive, c’est super, couleur pâle, c’est très grave ». C’est une urgence médicale, il faut consulter son médecin. Le spot, réalisé en 3 formats, télé (30 sec), web (1mn30) est disponible sur le site Alertejaune.com, la page Facebook Alerte Jaune et la chaîne YouTube de l’AMFE.

Découvrez la version web :

Source : Association Maladies Foie Enfants (AMFE)

Sur le même sujet :

e-Celsius la pilule communicante

La société Française BodyCap lance une pilule communicante pour prendre les températures à l’intérieur du corps du patient : e-Celsius. Découverte.

gelule-thermometre-e-celsiusLors du CES 2014 qui s’est déroulé en début d’année, la société BodyCap, spécialisée dans la conception de solutions innovantes répondant aux besoins cliniques des patients, a présenté la pilule communicante e-Celsius.

Sous la forme d’une capsule classique, la pilule connectée e-Celsius peut facilement être ingérée par les patients avant ou suite à une opération. Intégrant des circuits électroniques mais aussi un capteur de température ainsi qu’un minuscule émetteur radio, e-Celsius offre l’opportunité de surveiller la température du corps depuis l’intérieur.

Pour pouvoir recueillir les données et suivre l’évolution des températures, il est nécessaire d’activer manuellement la gélule avant de l’ingérer la pilule. Une fois avalé,  la pilule connectée transmet toutes les trente secondes un relevé de température sur un boîtier dédié qui se charge ensuite de collecter les mesures et de les transmettre à un moniteur ou à un bracelet dédié. Cette pilule communicante peut également se connecter à une box, un smartphone ou à une tablette afin d’assurer un suivi à distance.

Cette pilule est équipée d’un système d’alerte en cas d’augmentation subite de la température interne ou d’une température anormale. Elle permet de stocker jusqu’à 1500 relevés de température et dispose d’une autonomie d’environ sept mois.

e-Celsius

e-Celsius se présente comme un outil de prévention permettant aux professionnels de santé de surveiller plus facilement l’état de santé de patient venant de subir une opération chirurgicale et de poser plus rapidement un diagnostic.

En cours de certification CE, cette pilule connectée devrait être disponible d’ici la fin de l’année.

Source : BodyCap

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 3  682 followers